Luminas : Votez pour la meilleure recherche universitaire

Vues : 262

Depuis le 12 juin vous pouvez voter pour les Luminas. Pour vous aider à faire votre choix, découvrez en détails les candidats dans chaque catégorie. Cloture des votes le 12 juillet. Aujourd’hui dans la catégorie recherches universitaires : Carine, Laurence et Adèle.

Vous avez un mois pour propulser un candidat ou plus vers la victoire. Pour rappel l’unique façon de voter se fait via l’application Lumina TV (Android et iOS). Application et votes sont gratuits alors n’hésitez plus. Voici les trois nommés dans la catégorie recherches universitaires:

 

Carine Precheur, 30 ans

Thèse : Puffin d’Audubon, oiseau emblématique de la Martinique vivant sur l’îlet Hardy à Sainte-Anne. Objectif : mieux connaître et protéger cet oiseau.

Ambitieuse, Carine a consacré sa thèse à un oiseau rare : le Puffin d’Audubon. Cette thèse a permis d’établir un diagnostic démographique et d’apporter des connaissances indispensables sur l’écologie marine de cette espèce. Ces nouvelles connaissances permettront de mieux orienter les mesures de conservation mais soulignent également le besoin de taxonomie de cette espèce à l’échelle de la Caraïbe, et d’évaluer plus précisément les menaces en mer.

 

Laurence Farraudière, 28 ans

Thèse : Aedes aegypti à la Martinique, écologie et transmission des arbovirus. Objectif : mieux connaître le moustique pour lutter contre sa prolifération et la propagation des virus Zika et Chikungunya.

Laurence l’affirme, elle n’était pas une excellente élève ni au lycée, ni à l’université. Mais elle a eu un objectif professionnel : devenir maître de conférences. Elle a donc osé faire huit années d’études post-bac. Aujourd’hui elle souhaite poursuivre ses recherches et intégrer le pôle scientifique de l’Université des Antilles en tant que maître de conférences.

 

Adèle Silbande, 28 ans

Thèse : exploitation des écosystèmes microbiens des poissons tropicaux, thon jaune et ombrine ocellée, après abattage et leur incidence sur la qualité des produits. Objectif : mieux connaître le développement des bactéries pour une meilleure préservation sanitaire.

Volontaire et travailleuse, Adèle souhaite dire aux jeunes qu’avec de la volonté et du travail, on peut participer activement au développement de notre territoire. Aujourd’hui elle souhaite faire une demande de qualification pour un poste de maître de conférences. Elle a aussi un projet de recherche autour de la biodiversité microbiologique de notre territoire.