« Lycée Schoelcher : irresponsabilité et cynisme du néo-ppm »

Vues : 1521

Tribune par Francis Carole Conseiller Territorial :

Le quotidien France-Antilles de ce mardi 1er mars, sous un titre digne d’un film de série criminelle (« Ils veulent supprimer le lycée Schoelcher »), nous livre les gémissements indécents du néo-PPM.

À l’évidence, l’impudeur des revanchards fait rire -ou indigne- toute la Martinique.

En effet, comment Duverger ne parvient-il pas à mesurer l’incongruité de ses propos quand il déclare que la nouvelle majorité entendrait « effacer tout ce qui a été mis en place par la dernière gouvernance du conseil Régional » ?

D’abord, notre majorité a été élue sur un programme, par le peuple, avec plus de 54% des suffrages exprimés. Elle a donc l’obligation morale et politique de mettre en œuvre sa propre politique.

Nous n’avons pas été élus pour monter la garde autour du désastre que vous avez laissé, messieurs.

Nous devons, au contraire, tourner la page du bluff et faire du neuf, certes sans sectarisme, sans arrogance, mais avec une détermination claire.

Ensuite, notre boussole est et sera toujours l’intérêt général et le futur de notre peuple. Nous n’avons pas de temps à gaspiller dans des stratégies de revanche, « d’effacement » ou d’autres petites choses qui agrémentaient votre jouissance du pouvoir.

Mais là où le chef du groupe des revanchards se discrédite définitivement, c’est quand il prétend que le Gran Sanblé aurait « la volonté manifeste d’effacer le lycée du paysage »… Ces arguties sont dans l’exact prolongement de la campagne haineuse du néo-PPM, en 2008, contre la reconstruction du lycée Schoelcher. À travers radio mille collines, chaque samedi, c’est la même haine que répand Serge Létchimy, menaçant de ne pas donner de permis de construire à la CTM pour la reconstruction du lycée Schoelcher (Il considère l’actuel maire de Fort-de-France comme sa créature docile).

Seulement, le peuple ne se laisse plus tromper par ces vociférations d’un autre temps.

Messieurs les élus du néo-PPM, comment avez-vous pu, durant cinq ans, laisser, dans des bâtiments dont il est clairement établi qu’ils risquent de s’effondrer en cas de tremblement de terre, un millier de jeunes Martiniquais, avec leurs professeurs, leur encadrement administratif et le personnel technique ?

Vos ambitions politiciennes, votre haine de vos adversaires politiques, vos intérêts personnels sont-ils plus importants que la sécurité de ces Martiniquais ?

Alors, de grâce, taisez-vous ! D’abord pour vous mêmes. Par décence. Mais aussi pour la Martinique que vous avez voulu briser dans l’étau de l’autoritarisme et des intérêts de clan. Par respect.

Francis CAROLE

Martinique

Le 1er Mars 2016


1 commentaires :

  1. mimi

    que les hommes politiques cessent leur petite guerre de pouvoir et que leur priorité soit d’abord les mquais

Les commentaires sont fermés