Lycée Schoelcher : les élèves répartis sur plusieurs établissements à la rentrée 2016-2017

Vues : 1237

En attendant la réalisation de ce chantier, les lycéens seront dispatchés dans les établissements voisins qui auront de la place. La prochaine rentrée promet donc d’être animée avec ce changement qui impacte au final de nombreux établissements scolaires.

« Le lycée Schoelcher sera reconstruit », a annoncé Alfred Marie-Jeanne, président du conseil exécutif de la CTM. Les élèves du lycée Schoelcher à Fort-de-France savaient déjà qu’ils ne seraient pas logés dans l’ancienne maternité de Redoute. A l’époque l’utilisation de préfabriqués sur un terrain mis à disposition avait été abordée. Mais au final il semblerait que cette idée n’ait pas été retenue.

En septembre prochain les élèves de l’établissement seront répartis dans les différents de la périphérie. Il en va de même pour le personnel de l’établissement scolaire. Le problème qui se pose est maintenant celui de l’organisation de ce transfert. Les établissements d’accueil sont-ils prêts ? Ont-ils été déterminé ? Comment seront réparties les filières ? De quelle façon sera dispatché le personnel ? Autant de questions que les principaux intéressés doivent se poser.

Par ailleurs le président souhaite que le lycée Schoelcher soit reconstruit au plus vite. Le permis de construire est en cours de réalisation. Alfred Marie-Jeanne espère que le maire de Fort-de-France ne sera pas un obstacle et qu’il donnera son feu vert.

Concernant l’ancienne maternité, elle accueillera des bureaux de la collectivité a également annoncé Alfred Marie-Jeanne. Une annexe de la CTM dont on ignore pour l’instant l’identité des futurs occupants.

A.G


7 commentaires :

  1. Cisko

    Tout ça pour avoir le dernier mot.

    Raison invoquée par le président de la CTM: trop d’embouteillages sur le site de l’ancienne Maternité.
    Mais réfléchissons un peu, si on met des services de la CTM, ce sera pareil avec peut-être encore plus d’embouteillage puisque chaque agent possède son propre véhicule.

    Bref au-delà du prétexte technique, c’est surtout un conflit « bête » qui est en train de se régler et l’intérêt des lycéens n’est en réalité que secondaire. Etre le maître du jeu est l’objectif n°1

    Casus Beli ou pas, le peuple Martiniquais est testé encore aujourd’hui dans sa capacité à faire l’unité.

  2. wil97

    C est vraiment incomphresensible ce qui se passe aucune consultation aucune concertation.detruire le lycée est inconcevable

  3. rojophil

    Nous assistons là à la première décision ridicule et coûteuse de la CTM. Le Président de TOUS les Martiniquais prend TOUT seul la décision pour TOUS les Martiniquais, et PERSONNE N’A RIEN A DIRE. CA RAID.

  4. Krysal

    Comment peut-on, simplement, par dogmatisme, hypothéquer, la scolarité de plus de 800 élèves.
    Comment va-t’on gérer mes quelques 300 personnels administratifs et enseignants.
    Tout ça parceque l’on veut faire disparaître le nom de Victor Shoelcher, tout comme il y a quelques années, on était opposé à ce que l’aéroport s’appelle Aimé Césaire.
    Comme on se dit « PRÉSIDENT DE TOUS LES MARTINIQUAIS », on a le droit de foutre en l’air les études des jeunes martiniquais.
    Quelle est la position de l’UPEM sur ce problème??
    Parents, enseignants, élèves mobilisez vous contre cette dictature.

    1. mafitoujoula

      quand on parle comme vous venez de le faire on sait que vous parlez sans approfondir la question Vous savez que l’on ne peut pas faire disparaître une entité administrative par un coup de baguette magique il n’en n’a jamais été question; Ne soyez pas de mauvaise foi. Laissez cela au politicien revanchard. Ne vous laissez pas abusé par eux.

Les commentaires sont fermés