Manifestation contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples

Vues : 436

Hier samedi 25 mars dans la matinée, à l’heure du marché, l’esplanade du centre commercial Perrinon était le théatre d’une manifestation d’une centaine de personnes du tout nouveau collectif contre Marine LE PEN.

Ce collectif composé d’une quinzaine d’associations, principalement issu du monde syndical et politique martiniquais a réussi à mobiliser une centaine de personnes en dépit d’une météo certes peu clémente, mais c’était sans compter sur la détermination des participants à faire entendre leur voix.

Tous avaient comme point commun une opposition franche et claire à la présidente du Front National et aux thèses développées par son mouvement politique qui avancerait masqué dans le cadre d’une politique de dédiabolisation.

Les multiples prises de paroles statiques des leaders associatifs présents ont remplacé la marche organisée au préalable, sans doute en raison des caprices du temps.

Le public présent, ainsi que les passants du coeur de ville ont écouté avec intérêt les nombreux arguments listés afin de sensibiliser au danger supposé d’une éventuelle arrivée au pouvoir de la leader frontiste :

-Augmentation de la précarité

– Explosion des faits racistes

– Inflation de la xénophobie à l’endroit de nos voisins caribéens

– Instrumentalisation du chômage afin de diviser encore plus la population au lieu de répondre à leurs demandes d’emplois

– Retour à des pratiques dites colonialistes des plus rétrogrades

– Danger pour l’égalité femmes hommes

Cette manifestation qui a rassemblé au delà des membres des associations organisatrices a eu pour mérite de susciter l’intérêt d’un public large et hétéroclite prêt à porter ce message de résistance à la haine et l’intolérance qui se banaliseraient de plus en plus.

Les cas de Théo et du petit guadeloupéen de dix ans de la Loire étaient encore dans toutes les mémoires, cas qui prouvent qu’un climat délétère tente de s’installer .

Le collectif a répété qu’il serait antinomique pour un martiniquais de voter pour Marine Le Pen car ce serait comme donner le bâton pour se faire battre, car après les étrangers qui seraient stigmatisés, nous martiniquais serions sans aucun doute les suivants de cette longue liste de personæ non gratae.

Attendons le mois prochain afin de vérifier que toutes ces actions citoyennes porteront ou pas leurs fruits pour les élections présidentielles .

Jérôme JOSEPH