Marche à blanc TCSP : « ce n’est nullement pour répondre à une injonction de la Commission Européenne »

Vues : 1208

Ce jeudi 23 mars dans la matinée, près de 300 passagers invités ont embarqué dans les Bus à Haut Niveau de Service. Les BHNS ont effectué un trajet entre Le Lamentin et Fort-de-France. Une phase de marche à blanc (tests à vide) nécessaire avant le lancement commercial prévu le 2 juin 2017.

Discours d’Alfred Marie-Jeanne, Président de la Collectivité Territoriale de Martinique :

« La mise en activité du Transport Collectif en Site Propre de Martinique (TCSP) voulue par les élus, se lance officiellement aujourd’hui.

Je ne m’attarderai pas sur les nombreuses décisions politiques, techniques et organisationnelles qui ont modifié substantiellement le projet initial et retardé son lancement.

Toutefois, l’héritage reçu est suffisamment significatif pour le rappeler :
– L’importance des sommes investies : coût au départ de 257 millions d’euros contre 410 millions d’euros actuellement ;
– L’endettement considérable provoqué par le système de gestion mis en place par nos prédécesseurs ;
– La dénaturation d’un projet à l’origine mieux adapté
Si ce lancement n’a lieu que maintenant, ce n’est nullement par manquement de la Collectivité.
L’urgence était de pallier les manques de moyens financiers dédiés.
Des difficultés existent pour boucler le budget nécessaire au fonctionnement de ce nouveau mode de transport public, sans compter les passifs à résorber et les contrats léonins à honorer, et surtout à revoir.

Si ce lancement n’a lieu que maintenant, ce n’est nullement pour répondre à une quelconque injonction de la Commission Européenne.

C’est une règle générale appliquée en pareil cas et qui oblige chaque partenaire impliquée à faire face à ses responsabilités ; car la Collectivité Territoriale de Martinique n’est pas seule concernée.
Personne n’a donc le droit de se débiner en se retranchant derrière des prétextes peu plausibles.
Aujourd’hui, il ne s’agit pas d’organiser uniquement un transport entre Fort de France et le Lamentin.

C’est une vue parcellaire.

Tenir de tels propos est totalement irresponsable !
S’il ne s’agissait seulement que de ça, il y a belle lurette que la mise en route aurait été effectuée!

Il s’agit bel et bien, d’organiser les transports sur toute la Martinique.

Concrètement, un habitant de Sainte-Anne ou de Grand-Rivière doit pouvoir se déplacer, avec un tarif assuré et un ticket de transport unique, même s’il y a des connections.
L’enjeu n’est pas mince.

C’est le véritable défi que nous devons assumer au sein de Martinique Transport. Désormais, il y a une seule Autorité Organisatrice des Transports sur un périmètre unique, aussi bien sur terre que sur mer, y compris le transport scolaire.

A cet égard et dans un souci d’amélioration progressive, des études sur le prolongement vers Schœlcher, vers Sainte-Luce et vers Trinité sont déjà programmées.
En conclusion, je reformule mon souhait ardent, pour plus de compréhension, plus de solidarité entre les diverses entités publiques, en laissant de côté toute polémique stérile et vaine.
Mèsi an pil, Mèsi an chay.

Alfred Marie-Jeanne
Président de la Collectivité Territoriale de Martinique »


1 commentaires :

  1. Nicolas

    On aurait pu penser que cette marche à blanc, sans le reniement de quiconque, permettrait la communion des différents groupes politiques et institutionnelles. C’était sans compter sur l’esprit belliqueux du plus grand d’entre nous qui n’est pas prêt à enterrer la hache de guerre et décide de refuser l’invitation qui lui était faite en ouvrant la plaie fatale et rancunière qui laisse entrevoir que ses rancoeurs sont tenaces. Et, dire qu’il se croît meilleur que les autres. Ce que beaucoup de compatriotes pensent aussi…. Que disent-ils de ce comportement? D’autant que les donneurs de leçons sont les derniers à mettre en pratique ce qu’ils recommandent.

Les commentaires sont fermés