Mariann Mathéus prêtresse du Jazz caribéen à Ménilmontant

Vues : 158
20160619_171058

Mariann Mathéus est une des voix du groupe de chant populaire d’Haïti « Rasanbleman ». Sa rencontre avec la  chanteuse Toto Bissainthe et  Marie-Claude Benoit reste exceptionnelle pour la jeune Mariann Mathéus étudiante en chant à Paris.

Travaillant comme assistante-metteur en scène, la jeune fille déjà talentueuse se fait remarquer par l’artiste haïtienne de renom, qui l’embarque dans son aventure caribéenne. Le trio musical a parcouru différents pays en interprétant les plus belles chansons vaudou, du patrimoine haïtien.

TOTO

Dimanche 19 juin, veille de la fête de la musique, c’est dans le onzième arrondissement qu’elle se produit le temps de deux concerts. Mariann Mathéus est l’invitée de Steve Potts, le saxophoniste américain de jazz installé à Paris depuis plus d’une trentaine d’années.

20160619_165003

Au Théâtre des Ateliers du Chaudron au passage Ménimontant, Mariann Mathéus est inscrite au programme de « Musique pour le Dimanche » . Elle prend le temps de se pauser entre deux concerts de jazz au tempo caribéen. Un répertoire de chant créoles ou anglais, histoire commune de ces régions des Antilles où se mêlent toutes les langues de l’Archipel.

20160619_180906

Mariann Mathéus chante le patois martiniquais, guadeloupéen, haïtien elle se « définit comme une femme caraïbe ». Ce dimanche, ce sont les poèmes des écrivains haïtiens de Jean Métellus à René Depestre que la chanteuse a choisi de mettre en en scène. Elle porte en elle tous les airs traditionnels des Antilles françaises mais aussi les chansons apprises avec Toto Bissainthe, d’autres de Guadeloupe, ou de Martinique que Mariann Mathéus découvrent ou redécouvrent quand elle vient aux soirées de Bèlè et de Cric Crac . Mais cette forme de chanson qu’elle produit sur scène, comme son compatriote martiniquais Mario Canonge, a besoin d’être mieux distribuée pour que les jeunes se sentent aidés. Elle s’explique en fin d’article, et donne des pistes pour mieux faire connaître le travail de qualité que produisent les artistes de Jazz caraïbéen.

20160619_170317

La chanteuse et comédienne n’est pas seule sur cette petite scène des Ateliers du Chaudron où, les spectateurs assis à même le sol au premier rang semblent faire partie du concert. Une proximité voulue.  Mariann Mathéus est en « conversation musicale » avec son assistance, sa voix est rythmée sur les battements du Gwo Ka du percussioniste guadeloupéen Serge Marne. Le public composé de nombreux artistes se balance et certains dansent, au gré de sa voix douce, suave ou grave. Mariann Mathéus, a le charme d’une prêtresse de la musique de Jazz.

20160619_173439

En fin de spectacle les solos de basse d’Ahmed Barry, de guitare de Philippe Odje ont rivalisé avec le talent de Steve Potts au saxophone.
Reportage Dorothée Audibert-Champenois
Ecoutez Mariann Mathéus : 

20160619_170615