Martiniquais et guadeloupéens sont au Festival International du Film Black de Montréal

Vues : 345
slider-1272x844

Nadia Charlery a reçu le Prix du Best Short Film au Caribbean Tales Film Festival de Toronto le 22 septembre dernier, et la martiniquaise vise une autre récompense. Elle participe dès mercredi 28 septembre au 12ème Festival International du Film Black de Montréal. Des films proposés dans le cadre de l’événement, qui se déroule jusqu’au dimanche 2 octobre, trois productions sont consacrées aux Antilles françaises, dont  deux réalisateurs qui signent deux longs métrages engagés. La martiniquaise Nadia Charlery pour ‘Ti Coq » et le guadeloupéen Jean-Claude Barny qui commence en France la promotion du film : « Le Gang des Antillais ».

nadia-charlery

« Le Gang des Antillais » de Jean-Claude Barny : Le film, tourné à Toulouse et en Guadeloupe, s’inspire du livre autobiographique  de Loïc Lery. En toile de fond, la colère d’un groupe d’antillais installés en métropole grâce à la structure du Bumidom qui était dans les années 1960 : le Bureau pour le développement des migrations dans les départements d’outre-mer. Selon l’auteur, l’intérêt du long métrage est de décrire, entre autres, les rêves brisés des antillais arrivés en métropole entre 1960 et 1980. La sortie officielle du film est prévue le 2 novembre 2016 mais il est programmé à Montréal le 1er octobre à 17h et à 19h au Cinéma du Parc.

gangdesantillais

« Dieu Merci », la comédie-dramatique de Julien Jean-Baptiste en salle depuis le 3 mars 2016, est programmé également au Festival International du Film Black, le 1er Octobre.

dieumerci

« Ti Coq », doublement primé à Toronto et au San-Francisco Black Film Festival 2016 est une réalisation de la martiniquaise Nadia Charlery. Dans ce film qui fait l’éloge de la Martinique authentique, qui s’imprègne du mode de vie attachant des habitants des mornes et des quartiers reculés au milieu des champs de cannes ou de plantations de banane, l’histoire du Pitt est central.

ticoq_2014_0227_1008561

C’est aussi l’histoire touchante d’une grand mère qui se dévoue entièrement à son petit-fils « vif comme un coq », qui joue dans la cour des grands. Un petit martiniquais subjugué par « son » coq qu’il a choisi de faire combattre dans ces Pitts. Des arènes en bois dédiées aux combats de coqs, avec leur code d’honneur et leurs paris.

web_mayangelou2

Durant ces cinq jours de projections,de musique, de débat et d’exposition, les festivaliers pourront tout d’abord suivre un hommage à Maya Angelou. « Maya Angelou And Still I Rise » de Clément Virgo fera l’ouverture du Festival le mercredi 28 septembre.

tropnoire

Vendredi 30 septembre, « Trop Noire pour Être Française », co-présentée par l’association Francokaraïbes sera défendue par sa réalisatrice Isabelle Boni-Claverie avant la projection, à l’ancien cinéma ONF.

mj2

Spike Lee a opté pour la causerie cinéma autour du thème de : « Mickael Jackson ‘s Journey from Motown To off the Wall » au Concordia University, le samedi 1er octobre à 19h30.

web_staywoke

Le dimanche 2 octobre, le dernier jour du Festival International du Film Black de Montréal sera activiste avec un retour documenté sur les colères de la communauté noire aux États-Unis. Le film « The Black Lives Matter Movement » a été réalisé par Laurens Grant et co-produit par Jesse Williams. A cette occasion seront abordés, la question du racisme, la représentativité des minorités visibles et le profilage racial en faisant le parallèle entre les conditions des noirs américains et canadiens.

black

Le film de clôture du 12 ème Festival International du Film Black de Montréal, est prévu à 19h au Concordia University, il s’intitule tout simplement « Black ».

Dorothée Audibert-Champenois/FBook C’news Actus
Photos FIFBM/ProdTi Coq/FrancoKaraïbes