Martinique Surf Pro : l’organisation répond aux marchands ambulants

Vues : 1028

Hier (3 mai) les ambulants qui ont participé au Martinique Surf Pro (MSP) dénonçaient le prix, jugé exorbitant, des places durant le concert de clôture. L’organisation du MSP a souhaité répondre pour apporter quelques éclaircissements. Dans cette affaire chacun campe sur ses positions.

Les organisateurs du MSP affirment que les informations données par les marchands ambulants sont erronées. Selon eux, il n’a jamais été question de payer 860 euros mais bien  400 euros la place avec interdiction de vendre des boissons, puisque la vente de boissons leur était réservée. Cela faisait partie du plan de financement de la manifestation. Ils avancent le coût d’un tel évènement, offert aux Martiniquais, puisque gratuit. Les organisateurs insistent sur les retombés économiques et touristiques pour la Martinique. Transports aériens, hébergements, augmentation du chiffre d’affaire des commerces participants à la manifestation… Ils ne souhaitent pas polémiquer mais estiment avoir fait le nécessaire pour valoriser la Martinique et rappellent que le MSP est un évènement sportif international.

L’organisation rappelle que les ambulants étaient libres d’accepter ou pas les conditions. Il y a aussi un cahier des charges assez rigoureux qui être devaient respecter, en matière d’hygiène et de sécurité. Selon les informations livrées, il semblerait que beaucoup de marchands ambulants ne remplissaient pas toutes les conditions nécessaires. L’organisation du MSP confie avoir fait le maximum pour éviter les ventes sauvages, car les bouteilles en verre sont interdites pour des raisons de sécurité.

Cependant les ambulants maintiennent leur affirmations. Ils confirment que le prix de base était bien de 400 euros sans les boissons. Mais pour à peine 4 heures de show impossible, selon eux, de rentrer dans leur frais et de générer du bénéfice avec seulement la vente de nourriture. Les recettes doivent couvrir les matières premières, le salaire du personnel appelé en renfort pour l’occasion et bien sur la location de la place.  Ils ont donc tenté de négocier avec l’aide de la maire de Basse-Pointe. Cette dernière a confirmé qu’un prix de 860 euros pour une place avec vente de nourriture et boissons a été avancé. En comparaison, le village du MSP qui était géré par la ville de Basse-Pointe offrait des places à 560 euros pour 8 jours.

Les marchands ambulants ne critiquent pas la manifestation, mais ils estiment que les organisateurs ne se rendent pas compte de la réalité. L’activité ambulante pour être rentable doit se dérouler sur un certain nombre d’heures. Pour exemple lors du Tour des Yoles. Les villes qui accueillent les étapes louent des places à 500 euros la journée. De 6 heures du matin jusqu’à 16 heures voir plus tard selon la commune, les ambulants ont le temps donc de générer des bénéfices.

A.G