Medhy Custos en Concert : Ambiance explosive à Paris pour ses 20 ans de carrière

Vues : 283

« Sé jodi la sa ka fèt ! », le jour J, c’était ce vendredi 2 juin, date à laquelle le prince guadeloupéen du zouk se produisait à Paris pour un anniversaire d’exception.

Retour en images d’un concert annoncé comme intimiste par le prince antillais du Zouk.

Au Parc de la Villette, l’artiste de Guadeloupe connu pour le titre « Elles demandent du zouk » a mis sous haute tension la salle entière du Trabendo où plus de 600 personnes étaient présentes vendredi dernier.

Rien ne les aurait empêché de venir dans le dix-neuvième arrondissement, sans doute pas la salle de spectacle quoique qu’un peu à l’écart, isolé, au fond du Parc de la Villette.

Quelques fans « amoureux des îles » d’origine camerounaise ou algérienne se fondaient dans la masse des nombreux antillais, et des soutiens de la première heure du chanteur guadeloupéen.

La mission ce soir, était de chanter en tandem avec Medhy Custos. Pari réussi durant les trois heures de chants.

Amour, passion, drague, mea culpa, des mots chantés en créole, parfois en français, un peu en anglais, la recette du zouk love a fait bouger, zouker, la salle, tard dans la nuit.

20h00, En première partie de concert avec Deejay Travice aux platines, le spectacle démarre avec un «  warm up péyi ».

Trente minutes plus tard, en costume trois-pièces, Medhy Custos rentre en scène, cris, hurlements accompagnent son premier morceau.

Avec la complicité de ses deux choristes, Stéphanie André et Jessy Bylon, Medhy Custos a démarré sa première partie de spectacle en interprétant ses tubes  mondialement connus qui n’ont pas laissé les spectateurs indifférents.

Puis, élégamment habillé de blanc et jaune, ses locks noués, Medhy Custos conclut son medley antillais par une invitation séduisante : « Dans tes bras jusqu’à l’infini ».

21h22, l’entracte s’arrête pour laisser place à un nouveau Medhy Custos. Changement de tenue, elle sera estivale cette fois.

Deux danseurs en chemise blanche et nœud papillon, Kane Wung et Leelu, commencent une mise en scène qui va s’étendre sur trois titres cultes.

Le chanteur antillais, lunettes de star, sait enflammer son public. Il s’arrête au milieu d’une chanson, se fige, attend, et reprend un refrain. Un effet visuel qui marche à tous les coups.

Encore des mots doux, comme « médicaments », « ne dis à personne » susurrés par le chanteur guadeloupéen en mode Bad Boy in love.

Un break, le temps de rappeler que cette soirée, c’est la célébration de 20 ans de scène. Une aubaine pour les spectateurs qui partagent « ce bon moment d’anniversaire » avec leur star. Audrey, qui vit à Paris, s’est déplacé exprès pour écouter Medhy Custos.

Un privilège, ce concert inédit !

23 heures, le temps de remercier son groupe de fidèles musiciens, Medhy Custos appelle, à la Guitare : Ali Angel, à la Basse : Thierry Jean Pierre, à la Batterie : Ruddy Lévis, au Clavier : Audray Clodion, et aux Percussions : Michel Jourson.

20 ans d’une carrière qui démarre en 1996 avec le groupe Kwebee avec « Magic Dream » ou « Annie » . Grâce à « Antilles-sur-Seine » de Pascal Légitimus le groupe est alors sur la bande originale du film et Kwebee fait une courte apparition dans le générique du film.

En 2003, Medhy Custos reçoit le Prix Sacem du Meilleur Interprète Masculin pour « Pé pa oublié’w ».


Son premier album sortira en 2004 avec « Serial Lover » avec quatre tubes « Franc Jeu », « Dalo », « Pour te retenir » et « Comme si »


En 2014, ADN 5 devient le 3e album du prince du Zouk antillais, Medhy Custos.

Extrait du concert du guadeloupéen Medhy Custos au Trabendo à la Porte de la Villette dans le 19ème arrondissement de Paris. Un concert qui célébrait ses 20 ans de carrière.

A venir : Extrait du concert du guadeloupéen Medhy Custos au Trabendo à la Porte de la Villette. "DANS TES BRAS JUSQU'À L'INFINI"

Publié par C'news Actus Dothy sur lundi 5 juin 2017

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
Photos C’news Actus Dothy


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *