Mère et beau-père écroués pour le meurtre de leur fils Junior âgé de 18 mois

Vues : 873

La Cour d’Assises de Tarn à Albi (Sud-Ouest de la France), reconnaît, un couple de réunionnais coupable de la mort atroce de leur fils Junior en juillet 2010. L’enfant était âgé de 18 mois.

Mardi 14 juin, après 3 jours de procès, Xadèle Christophe-Victoire, 33 ans et son compagnon Anrifou Allaouimahamoud, 28 ans, ont été condamnés tous les deux à 15 ans de prison ferme et immédiatement écroués en maison d’arrêt.

C’est le 4 juillet 2010, que le jeune Junior meurt sous les coups répétés de ses parents à Castres (Sud de la France), où résidait la famille. Les deux parents qui comparaissaient libre durant le procès, se rejettent la responsabilité du meurtre de leur petit Junior. Pourtant l’accusation est formelle, il s’agit bien de maltraitance d’enfant sous l’autorité de personnes censées le protéger.
A la mort du jeune garçon, il y a six ans, le légiste constatait sur le corps martyrisé du jeune enfant, sept fractures de côtes récentes, cinq anciennes, des ecchymoses au cou et un hématome au cerveau.

Pour l’Avocat Général Emmanuel Abentin, « Ce sont les stigmates d’un enfant battu ».
Au cours de l’audience, le juriste a rappelé qu’il y avait déjà un signalement sur cette famille. A l’époque, elle habitait à Saint-Paul à la Réunion, c’était six mois avant le drame. Une alerte classée sans suite, malgré des séquelles et des fractures repérées au moment des faits.

Le couple défendu par Maître Guillaume Bosset pour Xadèle Christophe-Victoire, la mère et Maître Eric Soulan pour Anrifou Allaouimahamoud, le beau-père, refuse l’accusation et à la barre clame de nouveau son innocence.
Pour leurs avocats respectifs « Personne ne peut affirmer qu’il s’agit d’un enfant secoué ce 4 juillet, c’est une hypothèse et non une preuve ». Selon la défense, l’enfant serait décédé « suite à différentes chutes, en janvier et juin 2010 avec des complications comportementales et un hématome qui se constituait lentement, voilà ce qui a pu se passer pour cet enfant fragile et épileptique », concluent les deux avocats.

Les jurés n’ont pas suivi la défense. Avec la Cour, ils ont reconnu la coaction de la mère et du beau-père de Junior dans cette affaire de maltraitance. Selon eux, les chutes antérieures, ne peuvent expliquer les blessures relevées lors de l’autopsie.
L’avocat avait requis au terme des débats, 18 ans pour la mère et 15 ans pour son compagnon.
Selon les experts le petit Junior présentait tous les symptômes de l’enfant secoué.
Au final, les parents du petit Junior 18 mois, sont reconnus coupables de violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner, sur un mineur par un ascendant ou une personne ayant autorité.

Xadèle Christophe-Victoire et Anrifou Allaouimahamoud dorment depuis mardi soir en prison, ils sont condamnés chacun à 15 ans de réclusion criminelle.

Dorothée Audibert-Champenois / Photo la Dépêche