Michel Martelly termine son mandat, Haïti n’a plus de président

Vues : 385
michel-martelly

La République d’Haïti n’a plus de Président. Michel Martélly a rendu son mandat comme prévu le 7 Janvier sans avoir réussi à mener à terme le processus électoral. Quelques heures avant la fin de son mandat, l’ancien président a convoqué une réunion exceptionnelle.

Après concertations des Présidents des deux Chambres du Sénat et de l’Assemblée Nationale, Michel Martelly a désigné le Président du Sénat Jocelerme Privert, comme Président intérimaire. Avec les élus de l’Assemblée Nationale, ce dernier sera en charge d’organiser les prochaines élections. Des élections qui ont pour seul objectif de désigner un Président de transition.

Depuis la publication du premier tour des élections législatives et présidentielles, le Pays s’est enfoncé dans une crise politique grave.

C’est le choix du Dauphin du Président sortant qui provoqua malaise et mécontentement dans tout le Pays ces derniers mois. Les élus de l’opposition ayant demandé l’arrêt total du processus électoral. Pour la Ligue Alternative pour le Progrès et l’Amélioration, ces dernières élections étaient un un « coup d’Etat électoral » fomenté par le « Pouvoir exécutif ». Une démarche électorale qui semblait être une « farce ridicule » pour les uns et « une mascarade »
pour les autres. « Une élection jouée d’avance » insistait la diaspora haïtienne en France.

Les manifestations et les violentes protestations du peuple, ont poussé les autorités haïtiennes a stopper net, le processus électoral enclenché depuis l’an dernier. Le 25 Octobre 2015,  deux candidats se présentaient comme candidat à la Présidence d’Haïti. Après avoir recompté les voix , ils obtenaient respectivement Jovenel Moïse 32,75% (le candidat unique du pouvoir), et 25,29 % pour Jude Celestin, de l’opposition, la Ligue Alternative pour le Progrès et l’Amélioration.
Encore le 24 janvier 2016, on attendait la décision du Président Martelly sur le report des élections, quand bien même que le seul candidat de l’opposition se soit retiré. Malgré les contestations des opposants, le Conseil provisoire électoral décidait de poursuivre le vote dans le pays.

Aujourd’hui, une nouvelle étape démarre peut-être plus sereine, qui permettra au peuple haïtien de choisir leurs candidats en toute tranquillité et de suivre les prochaines élections dans une plus grande transparence.

Les États-Unis et le Secrétaire Général de l’ONU Ban-Ki Moon, ont salué dimanche cet accord entre députés et sénateurs. Ils ont 5 jours pour élire un Président provisoire. Ce dernier ne restera en fonction que 120 jours.

Dorothée Audibert-Champenois


1 commentaires :

Les commentaires sont fermés