Miss France 2018 : Afro, tresses ou locks, les Miss ultramarines ne veulent plus s’identifier aux blanches

Vues : 3053

Les cheveux des ultramarines n’ont pas cessé de créer la polémique durant cette année de concours de Miss France 2018. Des coupes afro qui sont lissées ou des locks coupés comme atteste un commentaire sur le site Facebook du Comité Miss France : « C’est moi ou en plus d’avoir flin­gué les cheveux de Miss Marti­nique, ils ont coupé les locks de miss Guyane pour leur stan­dard de beauté à ch***? »

Sur les réseaux sociaux, après avoir encensé Davina Bennett, la jamaïcaine à la coupe afro (ci-dessous), élue 2ème dauphine à Miss Univers, les internautes déchaînés ont jugé, cette fois, insupportable, les transformations capillaires subies par les jeunes ultramarines qui se présentaient à l’élection de Miss France 2018.

La martiniquaise Laure-Anaïs Abidal très attendue à ce concours, a créé une petite révolution comme Morgan Edwige au Zénith de Lille, l’an dernier.

Pourtant Laure-Anaïs n’était pas la prétendante choisie par le public martiniquais. Sa présentation largement scrutée et analysée depuis son remplacement au pied levée de Jade Voltigeur a fait l’objet de nombreuses critiques de tout bord.

C’est dire comment les détracteurs ne misaient absolument pas sur cette jeune fille de 21 ans qui mesure 1m75. Une méfiance dont la martiniquaise a souffert durant plusieurs mois jusqu’à la cérémonie du samedi 16 décembre 2017 à Châteauroux. C’était donc un défi à relever pour Laure-Anaïs Abidal, remplaçante d’une candidate disqualifiée et forcément plus jolie qu’elle.

Le concours de Miss France n’a pas démarré au mois d’août dernier pour Laure-Anaïs Abidal, car comme toute prétendante au trône de Miss France 2018, elle s’est longuement préparée sportivement et mentalement, à devenir Miss Martinique.

Tout commence pour Laure-Anaïs quand elle s’inscrit pour participer au concours de Miss Martinique en 2017. Le concours a lieu dans la capitale, à Fort-de-France. La jeune femme qui se forme à devenir commissaire aux comptes prochainement, termine première dauphine le vendredi 21 juillet. Jade Voltigeur, une jolie « chabine » termine reine de beauté, couronnée par Miss France 2016, Alicia Ayliès, née en Martinique, qui a grandi en Guyane.

Mais, un tatouage sur l’omoplate gauche, approuvé par le comité régional mais stric­te­ment inter­dit par le règle­ment du concours Miss France provoque la chute de la candidate Jade Voltigeur.

La sanction arrive très vite, trois semaines plus tard, la belle « chabine » antillaise ne peut plus concourir au titre de Miss France 2018. Jade Voltigeur éliminée, le comité se tourne vers la 1ère Dauphine, plus foncée de peau, Laure-Anaïs Abidal qui porte une coupe afro, elle atteste ne s’être pas défrisée les cheveux depuis 6 ans. Mais la jeune fille qui n’a pas été élue reine, suscite des commentaires désobligeants d’internautes et de nombreux déçus, contrariés par l’éviction de Jade Voltigeur, la légitime selon eux.

Les choses s’accélèrent et la photo de la nouvelle prétendante doit être réalisée sous l’oeil malveillant des anti-Laure-Anaïs. Pour sa photo officielle, on lui demande de se lisser les cheveux, elle obtempère et le public découvre une jeune fille différente des photos publiées jusqu’àlors sur les réseaux sociaux. « J’ai demandé à garder mes cheveux natu­rels pour la coif­fure, mais cela n’a pas été accepté. Je n’avais vraiment pas envie de les lisser parce que je sais que ce n’est pas une coiffure qui me va », a confié Miss Marti­nique, qui n’a d’ailleurs « pas voulu regarder la photo ».

Laure-Anaïs n’a pas voulu découvrir sa photo parue dans la presse, le vendredi 17 novembre mais s’empresse de rétablir sa coupe afro qu’elle soignera jusqu’au concours, ce samedi 16 décembre 2017. Comme Miss Guyane, Laure-Anaïs Abidal s’est gardée de copier les coiffures à l’occidentale en valorisant fièrement ses origines noires.

Son parcours est a salué. A l’instar de Miss Guyane, Ruth Briquet 24 ans, et de Miss Réunion Audrey-Chane-Pao-Kan 19 ans, la candidate de Martinique a réussi à s’intégrer dans le pool de tête, le groupe des 12 premières candidates retenues au titre de Miss France 2018.

Sur le podium, au final, une ultramarine (Miss Réunion, Audrey Chane Pao kan) termine en troisième position, Miss Corse sera la première dauphine et Miss Nord-de-pas-Calais, Maëva Courcke, est élue Miss France 2018.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus dothy


Images Capture d’écran C’news Actus Dothy


1 commentaires :

  1. Micho

    Absolument et pourquoi vouloir imiter à tout prix les autres ? Moi j’ai la peau noire elle ne sera ni jaune , ni blanche. L’époque (que j’ai connu) où nous disait que nos ancêtres étaient des gaulois aux yeux bleus tout ça c’est révolue . Maintenant s’ils ne veulent pas de miss aux cheveux crépus qu’ils l’annoncent. De toute façon les Miss originaires des Dom Tom ont une chance d’être élues « allez je vais dire tous les dix ans » et encore je ne suis pas assez large par opposition à une miss du nord pas de calais qui peut être élue toutes les deux ou trois ans et avec une très large approbation de la population en France hexagonale . Bref , Miss Martinique , vous avez bien fait de vous affirmer, d’affirmer votre négritude ( ki diab chivé liss é sa ? ) . Maintenant si ça ne leur plaît pas de l’autre côté tout comme le tatouage qu’ils le disent.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *