Mobilisation massive de la jeunesse contre le projet de loi « El Khomri »

Vues : 114

A l’appel de l’UNEF(Union Nationale des Étudiants Trançais), UNL et FIDL (des organisations lycéennes), des milliers de jeunes étudiants et lycéens ont manifesté dans toutes les grandes villes en métropole contre la loi El Khomri.

En France, 78% des jeunes sont opposés à cette loi du Travail, selon un sondage Odoxa publié par le Parisien. Début mars, certains demandaient des aménagements de la loi quand d’autres voulaient tout simplement, son retrait.

20160324_130652

Le vendredi 11 mars, les organisations étudiantes et lycéennes ont été reçues par le Premier Ministre, Manuel Valls, Emmanuel Macron, Ministre de l’Économie et la Ministre du Travail, Myriam El Khomri. Matignon tenait à entendre leurs « inquiétudes » et leurs « aspirations ». Dans sa nouvelle version présentée ce matin, le Gouvernement a décidé d’élargir la garantie jeune, qui était limitée à seulement 100 000 jeunes, à tous les jeunes sans emplois et sans formations avec une allocation mensuelle de 450 euros.

Jeudi 24 mars, les organisations de la jeunesse ont défilé dans les villes principales.
A Paris, de la Place d’Italie au quartier Montparnasse, plus d’une centaine de jeunes ont manifesté  derrière des slogans : « Jeunes et insurgé-e-s, le monde est à nous ».
A Nantes, 6 000 lycéens et étudiants se sont rassemblés au centre-ville.

Dans ces deux villes des débordements et des incidents ont troublé les rassemblements. Des poubelles incendiées, des interpellations, des confrontations entre jeunes cagoulés et les forces de l’ordre qui aurait riposté en tirant des gaz lacrymogènes.
Les organisations étudiantes ont regretté ces violences du fait de jeunes casseurs et non des manifestants.

En fin d’après-midi, le syndicat lycéen, la FIDL s’est félicitée de la mobilisation massive et appelle les jeunes à la grande manifestation des syndicats FO, CGT, FSU et Union Syndicale Solidaire le 31 mars prochain.

Dorothée Audibert-Champenois

photos Dothy A-Ch