Mode : La martiniquaise Cora Emmanuel, s’installe à 16 ans aux USA, sa carrière est fulgurante !

Vues : 7505

Cora Emmanuel est un Top Model martiniquais qui vit à Manhattan.

Cora Emmanuel est une métisse, une femme noire , qui évolue dans un monde où les mannequins noirs cherchent encore leur place. Elle se confie sans détour dans Grazia, le magazine d’actualité féminine en ligne.

Une opportunité de découvrir ou redécouvrir cette antillaise de 25 ans, titulaire d’un baccalauréat scientifique qui débarque à New York, à seulement 16 ans. S’émanciper, sortir du cocon sécurisant des Antilles, elle a de l’audace et de l’ambition et sa force et son caractère « ont payé ». Cora Emmanuel est aujourd’hui, un brillant mannequin, reconnu à l’international.

Caribéenne, Cora Emmanuel a choisi de s’installer aux États-Unis, après Los Angeles, le mannequin a trouvé son nid dans un arrondissement de la ville de New York, elle réside à Manhattan : « New York permet d’être soi. C’est une ville dure, mais qui ne juge pas, elle est prompte à la mixité. »

« Son ascension démarre en 2011, elle sera reconnue mondialement un an plus tard en 2012, lorsqu’elle pose pour la campagne Chanel automne-hiver » et la jeune Cora qui a tenté le concours Elite Model Look s’envole et se propulse très vite au sommet grâce à son corps de rêve.

Une carrière fulgurante commence pour la martiniquaise qui n’est qu’une adolescente.

La martiniquaise enfile sur les podiums, des vêtements de grandes marques ce seront ceux de Valentino, Louis Vuitton, Kenzo, Alexander Wang  ou encore Bottega Veneta.

Elle fait la Une du magazine «Elle», de « Vogue Paris », de « Vogue Mexico » ou présente les collections d’été de magasins comme l’enseigne H&M en 2014.

La longiligne Cora Emmanuel vit dans un arrondissement de New York. New York, dans cette grande ville qui favorise la mixité, la caribéenne Cora Emmanuel sait qu’on ne peut plaire à tout le monde et la jeune femme est consciente qu’être un mannequin issu de la diversité demande un peu plus d’audace et de détermination pour trouver sa place dans les défilés.

Résultat, Cora Emmanuel met en avant ses atouts physiques et joue de son caractère et de sa témérité.

Elle se fait repérer, de longues jambes, un cou magnifique, un rire éclatant, une ligne parfaite.

Elle a foi en l’avenir, les mentalités changent : « Quand j’ai commencé, on lissait les cheveux de toutes les Noires, désormais on peut assumer son afro. Les métisses sont beaucoup plus représentées sur les défilés qu’à mes débuts, et j’en suis fière. »

Cora n’hésite pas à partager dans les moindres détails son quotidien dans cette grande ville de Manhattan. La martiniquaise qui entretient sa fine silhouette en faisant du jogging à Central Park est adepte du yoga bikram (technique indienne qui favorise la souplesse, la force et l’équilibre).

Mais Cora Emmanuel est un jeune mannequin lucide, la jeune métisse sait que pour durer il faut « aller plus loin ». La martiniquaise qui joue du piano et envisageait une carrière dans la pédiatrie ou la biologie marine se sent prête pour une carrière dans le cinéma.

Féminine et engagée, Cora Emmanuel précise quand on l’interroge, qu’il y a des «causes qui lui tiennent le plus à cœur, comme la lutte contre la violence envers les femmes et les enfants. ».

Généreuse et brillante, on assiste déjà à la carrière très exceptionnelle de la jeune martiniquaise Cora Emmanuel.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
Photos Isabel Maran/Tom Newton/Fashion Spot/DesignScène/Vogue/FabMagazine/Twitter/Facebook