Morgan Héritage : le groupe jamaïcain, sacré meilleur artiste 2016 aux Grammy Awards

Vues : 1273

Coup gagnant pour Morgan Héritage, cette première nomination du groupe aux 58ème Grammy Awards, leur a porté chance. Hier, lundi soir, au Staples Center à Los Angéles, ils ont remporté le trophée 2016 du meilleur album de reggae. L’opus Strictly Roots de l’Album « Bost & Bim » a séduit le jury des Grammies. Le Ministre du Tourisme de la Jamaïque les a félicité, pour lui le groupe jamaïcain qui cartonne sur les scènes mondiales « est l’emblème de la Jamaïque ». Selon lui, « ce prix est une victoire pour le groupe mais aussi pour tout le Pays ».

Cet Album est le 10ème du groupe depuis sa formation 1992.
Les 5 musiciens qui composent le groupe depuis 1994, sont tous les fils du chanteur de reggae jamaïcain, Denroy Morgan. Après leur premier album « Miracle », les enfants Morgan, qui ont tous grandi aux États-Unis, rentrent à la Jamaïque. Ils enregistrent des titres qui deviennent vite des tubes. De « Protect us Jah » à « Don’t haffi dread », ils évoluent entre 1997 à 1999, en prônant un reggae plus tolérant tout en glorifiant la culture rastafarisme et les valeurs de la famille.Ils collaborent avec entre autre PierPolJjack(Français installé en Jamaïque),Tony Rebel, le saxo-phoniste Dean Fraser. A partir des années 2000, Morgan Heritage commence des tournées à travers l’Afrique, l’Europe et les États-Unis , les 5 artistes sont reconnus mondialement sur les scènes internationales qu’ils fréquentent.

En 2008, Peter « Peetah » Morgan, Roy «Gramps » Morgan, Una Morgan, Nakhamyah « Lukes » Morgan et Memmalatel « M. Mojo » Morgan ont tenté de travailler en solo mais ils reforment le groupe en 2013 et sortent un tube « Here come the Kings » un succès. Les 5 enfants de Denroy Morgan, ont fait l’impasse aujourd’hui sur les deux premières années difficiles.

Hier, 15 Février 2016, les Grammy Awards ont couronné 24 ans de carrière, d’artistes les plus emblématiques et authentiques de la musique reggae de la Jamaïque, la tribu de Morgan Heritage.

Dorothée Audibert-Champenois