Mort de l’enseignante Francette Pierre-Emile : La justice cherche toujours à comprendre

Vues : 1229

Une reconstitution était effectivement organisée ce jeudi 8 décembre toute l’après-midi en présence du meurtrier présumé, des avocats, et de membres de la famille de la victime.

Il y a deux ans, la Martinique toute entière était secouée par la mort atroce et mystérieuse d’une enseignante du Couvent de Cluny. Le corps de Francette Pierre Emile, 59 ans, avait été retrouvé dans un ravin en contrebas de la route de la Trace en allant vers le Morne-Rouge.

Et c’est son meurtrier présumé Philippe Ponsar, qui avait indiqué aux enquêteurs, le 19 décembre 2014, l’endroit où se trouvait la victime recherchée depuis plus de deux semaines auparavant. L’enseignante n’avait pas regagné sa salle de cours cet après-midi du 2 décembre 2014.

C’est d’ailleurs chez ce suspect, le seul dans cette affaire, sur la route de Didier à Fort de France, que la reconstitution a commencé.

Gérard Pierre Emile le veuf de la professeure des écoles a dit à la presse qu’il veut connaitre la vérité car il se sent totalement concerné par cette affaire.

Il est difficile selon lui de ne pas comprendre. Mais il s’est totalement détaché de Philippe Ponsar son ex beau-fils, a aussi assuré Gérard Pierre-Emile. La reconstitution devait se poursuivre sur la route de Balata où le corps de la victime avait été retrouvé

La partie civile a salué la volonté du nouveau juge d’instruction de maîtriser parfaitement tous les détails de ce dossier très compliqué. Ce qui a été rendu possible par cette deuxième reconstitution. L’avocate de la famille considère alors qu’une date peut être fixée pour le procès de Philipe Ponsar, déjà mis en examen pour meurtre.

Les circonstances de cette tragédie demeurent encore très floues.

Deborah Jean-Louis.