Ni homme, ni femme : une personne reconnue de « sexe neutre »

Vues : 53

C’est une première en France. Ce mardi 13 octobre, Le tribunal de grande instance de Tours a décidé que l’état civil d’une personne intersexuée de 64 ans enregistrée comme étant de sexe masculin devra être modifié pour la mention « sexe neutre ».

Ni un homme Ni femme. « Le sexe qui a été assigné à sa naissance apparaît comme une pure fiction imposée durant toute son existence », a rédigé le magistrat dans son jugement, tout en précisant qu’il « ne s’agit » nullement « de la reconnaissance d’un quelconque troisième sexe ».

Mais c’est tout simplement, prendre acte de l’impossibilité de « rattacher une personne à tel ou tel sexe ». Cette personne obtient gain de cause et  aura donc le droit de se faire apposer la mention « sexe neutre » sur son état civil.

Née, selon son médecin, avec un «vagin rudimentaire», un «micropénis», mais pas de testicules, cette personne souffre d’avoir été mise dans la case masculine dès sa naissance, rapporte 20 Minutes. Elle s’est confiée au journal :

J’ai d’abord compris que je n’étais pas un garçon. Je n’étais pas comme mes frères. Je n’avais pas de barbe qui me poussait. Mes muscles ne se renforçaient pas. Je voyais tous mes copains se transformer alors que moi, pas du tout. Donc je voyais bien que je n’étais pas un homme. Et en même temps, il m’était impossible de croire que j’allais devenir une femme. Je n’avais pas de seins, non plus.

Donc pendant tout ce temps, j’ai été élevé comme un garçon. Mais je me suis aperçu, en grandissant, que les gens me prenaient de plus en plus souvent pour une fille. Ça me déstabilisait complètement et je n’osais plus sortir dans la rue. C’était terrible parce que je ne comprenais pas, à ce moment là, que j’étais une personne intersexuée. Quand je l’ai compris, ça a été une révolution ! … Je suis la preuve indubitable que l’on peut vivre avec deux sexes …

Aujourd’hui cette personne, âgée de 64 ans est mariée et a adopté un enfant .

Par crainte que cette requête renvoie à un débat de société, qui pourrait générer la reconnaissance d’un troisième sexe, le parquet de Tours a fait appel du jugement. L’affaire sera de nouveau plaidée devant la cour d’appel d’Orléans (Loiret).

 


2 commentaires :

Les commentaires sont fermés