Nice : enfants disparus et plusieurs vies brisées – Les premières indemnisations

Vues : 784
35ce2834-dab4-42cb-a673-a945ba7496cf_ORIGINAL

Confirmées par la famille et par la presse française et étrangère, les dernières nouvelles concernant le jeune Killian Mejri n’ont plus laissé d’espoir au père de l’enfant.
Dans le journal de Nice-matin, Hamadi un ami intime du père a affirmé la disparition du petit Killian. Le père Tahar 39 ans, a cherché son fils durant 36 heures dans tous les hôpitaux après le carnage sur la Promenade des Anglais, jeudi dernier. Ses espoirs se sont éloignés définitivement quand trois psychologues l’ont reçu samedi matin aux environs de 11h 30.

Les médecins ont juste fait un signe de tête pour signifier la mort du petit Killian. L’enfant a succombé à ses blessures après l’attaque du camion fou. Tahar Mejri et Killian entretenaient une relation fusionnelle, rapporte l’ami du père de killian. Comme sa femme Olfa tuée sur la Promenade des anglais, le petit Killian 4 ans était originaire de la Tunisie. Des démarches sont en cours pour le rapatriement des corps vers leur Pays. La Tunisie d’où est également originaire Mohamed Lahouaieje-Bouhle, le tueur du 14 juillet.

Une autre disparition, c’est aussi celle d’une femme originaire de Madagascar. Elle habitait dans la ville de Nice depuis plus de 12 ans. Mino Razafitrimo était mère de deux enfants. La jeune femme de 31 ans assistait au feu d’artifice avec ses fils de 4 et 6 ans quand elle a été fauchée par la semi-remorque. Selon l’Afp tous « deux ont survécu ».

iiiii

Dans cette longue liste de disparus, beaucoup d’enfants. Le fils de Gilles Ermani, un arbitre de football niçois est décédé et sa sœur jumelle toujours dans le coma.

Amie Vimal n’avait que 12 ans, fille d’une journaliste du magazine niçois « Ressources ».

Beaucoup d’enfants couraient sur la Prom’ (Promenade des Anglais) quand le camion de 15m de long est arrivé en trombe, le van blanc de Mohamed Lahouaieje-Bouhle roulait à 90 km /m. Mickael le père de Yannis Coviaux 4 ans, a eu le temps de protéger sa femme, mais pas son fils. Les médecins n’ont pu que constater son décès.

d54760c51e8f08eae472672248dad3afc525326e

Toutes les victimes ne sont pas recensées mais les indemnisations des blessés et des victimes « indirectes » (témoins traumatisés et victimes choquées) durant l’attaque vont bientôt démarrer. Sous une dizaine de jour, annonce le secrétariat d’aide aux victimes.
Officiellement les versements sont prévus, un à trois mois après les faits. Au préalable, un dossier demande d’indemnisation auprès du FGTI (le Fond de garantie aux victimes des actes de terrorisme) est nécessaire pour avoir une « provision ».
Les frais d’obsèques sont à la charge du FGTI, les proches n’ont pas à régler cette dépense funéraire.

Vu le nombre important de personnes blessées physiquement et psychologiquement, les associations craignent que le FGTI ne puisse indemniser toutes les victimes se trouvant sur les lieux de l’attentat ce funèbre jeudi 14 juillet.
Le FGTI dispose d’un budget d’1,3 milliards d’Euros, financé par une cotisation sur les contrats d’assurance.
Samedi, Juliette Méadel, la secrétaire d’État d’aide aux victimes a promis que l’État prendrait à sa charge les victimes blessées ou choquées, toutes les victimes de l’attentat du 14 juillet.

Une minute de silence est organisée lundi 18 juillet à 11h45  au monument du Centenaire sur la Promenade des Anglais (à proximité du kiosque à Musique et de l’hôtel Méridien).

Dorothée Audibert-Champenois
Photos Nice-matin et JDM