Non au harcèlement scolaire : Des actions en Martinique pour éviter de nouveaux drames

Vues : 278
harcelement-scolaire

Nous avons tous en mémoire le cas de cette lycéenne retrouvée pendue dans sa chambre par sa propre mère. Fatiguée de remarques désobligeantes et méchantes, la jeune fille de 15 ans avait choisi de se donner la mort. La nouvelle avait fait l’effet d’une bombe, à Rivière-Salée où elle résidait avec sa famille mais bien au-delà, et avait secoué toute la Martinique.

D’autres cas de suicides sont rapportés ailleurs, en France notamment.

Avant d’atteindre cette issue fatale, le jeune harcelé subit un véritable enfer. Moqueries, humiliations, mauvais canulars, sont le lot quotidien de ces élèves en grande souffrance.

C’est pour cela que le gouvernement a décidé de passer à l’action et de mettre une campagne de sensibilisation et de prévention sur pied. « Liker c’est déjà harceler »

Ce vendredi 4 novembre est la journée choisie par la Martinique pour relayer la journée nationale de lutte contre toutes les formes de harcèlement.

Le collège Vincent Placoly à Schoelcher se mobilise tout particulièrement avec une journée d’actions et de messages forts sous toutes les formes : poésies et théâtre. Des représentants du rectorat se rendent sur place pour y assister.

L’an dernier, plus de trente cas de harcèlement scolaire ont été recensés en Martinique.

Mais comme l’a rappelé la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, un tabou est en train d’être levé et pour la première fois l’an dernier, le harcèlement a reculé. Les sanctions tombent régulièrement à l’encontre des harceleurs. Excellente nouvelle qui doit inciter toutes les victimes à prendre leur courage à deux mains et à sortir du silence, c’est-à-dire à dénoncer leurs bourreaux !

Numéros utiles suite à la journée nationale contre le harcèlement scolaire :

non-au-harcelement-martinique

Rachel d’Auvergne