Contrats aidés : Nouvelles opérations molokoy ce mardi !

Vues : 1328

On prend les mêmes et on recommence demain mardi 26 septembre dans les rues de Fort de France mais aussi dans les reste de la Martinique avec une opération molokoy

Ainsi en ont décidé les organisateurs de la mobilisation contre la suppression des contrats aidés au terme d’une assemblée générale qui s’est tenue ce lundi après-midi à la maison des syndicats. Ils étaient entre 4000 et 4500 manifestants a défilé dans les rues de Fort-de-France hier.

Une opération molokoy est même prévue pour appuyer cette nouvelle contestation.

Konba tala sé konba tout moun.

C’est le slogan de l’Unité Syndicale contre la suppression des contrats aidés.

Trois points de rendez-vous sont fixés dès 5 h 30 : Lina’s Café au Lamentin, Bureau vallée à Ducos, et à Case-Pilote. Le départ est prévu à 6 heures pour arriver à la maison des syndicats

Pourquoi une nouvelle mobilisation ?

Des avancées ont certes été enregistrées lors de la rencontre entre le préfet et une délégation de manifestants ce mardi midi. Mais le compte n’ y est pas estime les syndicats.

On s’achemine demain donc vers la même situation qu’aujourd’hui : établissement scolaires fermés, et des milliers de personnes défilant et scandant des slogans pour exiger le maintien des contrats aidés. Elèves, parents, enseignants, ils étaient environ 4000 dans le cortège qui s’étirait sur plusieurs mètres aux alentours de la préfecture.

Vers une nouvelle opération « Ville morte »

Les 33 mairies de la Martinique devraient garder à nouveau leurs portes closes comme ce fut le cas aujourd’hui à l’occasion de cette opération « ville morte » à l’appel de l’association des maires. 33 mairies car le maire du Vauclin a ouvert la sienne.

Si Raymond Occolier rejoint les revendications sur la forme, il considère que la bonne méthode consiste pour nos parlementaires à relayer les demandes des manifestants.

Difficile selon lui de laisser l’hôtel de ville fermé alors que des demandes parfois urgentes sont présentées par les administrés.

Les syndicats réclament un moratoire sur le projet gouvernemental de supprimer les contrats aidés. Ils réclament aussi le début de discussions sur l’amélioration du statut des personnes qui occupent ces emplois aidés et sur la pérennisation de leurs postes.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *