NuAge de Coton, une militante du cheveu afro, aide et conseille gratuitement ses compatriotes en Suisse

Vues : 580

« En Suisse la communauté noire n’est pas beaucoup représentée et pourtant nous sommes de plus en plus nombreux », sur ce constat Audrey, une jeune martiniquaise a créé une association au nom évocateur et chargé d’histoire « NuAge de Coton ».

Après des périodes migratoires entre les Antilles, la France, l’Angleterre et les États-Unis Audrey s’est installée en Suisse. Nouvellement nommée fonctionnaire internationale, Audrey dont les parents sont du Lamentin en Guadeloupe et de Sainte-Luce en Martinique est fière de ses origines antillaises. La jeune femme qui milite pour la reconnaissance du patrimoine antillais, bataille pour que les femmes noires soient conscientes de la beauté de leur cheveu afro ou métissé. (Ci-dessous Audrey/NuAge de Coton en vert, au milieu de l’image).

Depuis un an, Audrey a décidé de créer une association qui conseille et guide gratuitement tous ceux qui ont besoin d’aide et d’assurance. La jeune antillaise a choisi « NuAge de coton » pour son association qu’elle fonde à Genève en 2016. Et ce concept d’ateliers gratuits pour la famille fonctionne auprès d’une population très métissée qui vit en Suisse.

Audrey nous explique comment lui est venue l’idée de nommer sa structure NuAge de Coton : « NuAge de Coton c’est souvent la représentation qu’on donne aux cheveux crépus. C’est une association qui est née de ma passion pour les cheveux afro et le fait de valoriser la beauté au naturelle. Un désir que j’ai toujours entretenu depuis l’adolescence. J’aimais bien cette expression Nuage de coton et j’ai rajouté ma touche personnelle en mettant un A majuscule pour le jeu de mot Nu-Age de coton ».

Contrairement aux coiffeurs issus de la diversité, Audrey qui rêvait adolescence de porter des locks, innove avec ses workshops à domicile quand elle ne loue pas des salles à Genève,  ville située à  l’extrémité ouest du célèbre Lac Léman.

L’idée, c’est d’organiser des ateliers de coiffure dans un environnement adapté où elle dirige les stagiaires-parents en leur indiquant les produits nécessaires pour prendre soins de leur cheveu et aussi de celui de leurs enfants. Les techniques de tressage et de nattes sont abordées durant ces sessions de travail.

Dans une cité très attentive aux attentes des noirs et métissés, Audrey est souvent sollicitée et elle parcourt très régulièrement les expositions et les avènements organisés par ses amis de la diaspora. Le prochain est prévu le jeudi 7 octobre prochain dans le cadre de la Découverte des cultures au sein de l’Association panafricaine pour l’Art. (Audrey/NuAge de Coton est ci-dessous à l’extrême droite de la photo)

Motivée et philanthrope, Audrey a une réelle motivation qui l’incite à valoriser l’Art de la coiffure afro mais plus que la pratique de la coiffure, elle propose aux enfants des activités ludiques.

Les enfants se réunissent pour des séances de lecture : « Des livres d’auteurs afro et de la diaspora, des biographies d’hommes qui ont marqué l’histoire des Noirs. Les contes sont aussi très appréciés des enfants, ils peuvent aussi faire des coloriages avec des princesses et des petits héros noirs pour leur permettre de s’identifier au travers des images qui leurs sont proposées » indique la responsable de l’association NuAge de Coton ».

Audrey, fonctionnaire internationale cultive cette passion de la coiffure depuis son enfance. Née à Paris et d’origine antillaise, elle décroche son bac et continue un BTS de Tourisme en Guadeloupe où elle décide de découvrir la région de sa famille. Après deux ans de vie dans la Caraïbe, Audrey rentre à Paris et s’intéresse à l’Europe, Londres sera sa prochaine étape qui lui permetra de voir d’autres horizons.
Mais ce sera à New York qu’elle pose ses valises en 2010 avant son retour vers Paris puis finalement en Suisse. Formée à un BTS en Droit des Assurances elle postule dans le secteur diplomatique et devient fonctionnaire internationale en 2015 en Suisse.

Aujourd’hui en ambassadrice globe-trotter elle se fait un devoir de partager généreusement ses expériences, de convaincre que le cheveu noir/afro est à valoriser, qu’il doit être soigné et préservé des agressions de tout genre. Comme un devoir et une promesse, Audrey investit sans compter son temps pour la bien-être de ses sœurs et frères afro-descendants.

Son prochain atelier de coiffure et d’activités annexes, s’organise pour la fin de l’année 2017.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook-Twitter C’news Actus Dothy
Images NuAge de Coton


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *