« Nuit debout » les jeunes veulent le retrait total et sans négociation de la loi El Khomri

Vues : 240

Place de la République à Paris, samedi 9 avril, 19 h 30. Depuis dix jours les citoyens du mouvement « Nuit debout » restent mobilisés contre le retrait du projet de loi El Khomry. Malgré la pluie, la journée de samedi a rassemblé étudiants et travailleurs, qui ont tenu des meetings à ciel ouvert.

20160409_191346

Leur mot d’ordre, allez jusqu’au bout de leur démarche contre le gouvernement socialiste de Manuel Valls. Une grève générale est prévue pour le fin du mois, objectif : faire reculer le Gouvernement.

20160409_190225

A l’image de cette étudiante française, étudiants et lycéens s’organisent. Aissatou, est étudiante à Saint-Denis en deuxième année de Sciences-Politique. Pour la jeune étudiante, il est intolérable de demander à des travailleurs de travailler plus pour gagner moins. Selon Aïssatou, les heures supplémentaires imposées aux employés, les obligeront à travailler 48 heures par semaine. Elle se rend à  l’AG, l’Assemblée Générale, quelques pas plus loin avec les cheminots, une rencontre qui décidera de la poursuite du mouvement.

20160409_185220

Hier soir, 60 villes dont Marseille, Lille, Nantes, Reims, Toulouse, ont suivi la mobilisation initiée depuis la Capitale. A Paris, près d’une centaine de personnes ont décidé de « prendre l’apéro » chez le  Premier Ministre, en visite officielle en Algérie. Toute la nuit, ils ont scandé : « Paris debout, soulève toi », sous les fenêtres de Manuel Valls.

20160409_185445

Bilan de la soirée, des échauffourées, gaz lacrymogènes, des vitrines cassées et huit arrestations.
Pour les participants  de « Nuit debout », ces incidents n’ont rien avoir avec eux.
William Martinet, le Président de l’Unef, alerte le Gouvernement, selon lui « Ce qu’a réveillé la loi, c’est le refus de la précarisation et du bizutage social ».

Une nouvelle mobilisation est prévue le 28 Avril. (Dorothée Audibert-Champenois)

Écoutez Aissatou Dabo : Elle explique pourquoi selon elle, les Régions d’Outre-mer ne sont pas plus mobilisées : (Au micro de Dorothée Audibert-Champenois)

photos Dothy A-Ch.