Où va la Martinique ?

Vues : 13

DSC_0574

La Martinique avance, mais de travers…

Alors que tout , ou presque, est mis en place pour faire de l’île une destination incontournable en matière de tourisme, force est de constater que l’on ose encore s’entourer « d’équipes de bras cassés ».

Si beaucoup font des efforts pour que l’escale se passe au mieux pour les uns et les autres, certains, persuadés qu’ils sont le « centre du monde », s’amusent à jouer aux chefs et à prendre les décisions qu’ils veulent.

L’histoire est bien tristement banale.
Photographe reporter et bien décidé à montrer à tous que notre île s’est apprêtée pour l’ouverture de la saison touristique, après avoir pris en photo les équipes dédiées à l’accueil, équipes dont je salue le dévouement d’ailleurs, je me dirige vers le quai d’où s’apprêtent à débarquer une vague de touristes. De manière très catégorique et pratiquement sans jeter un regard vers moi, l’équipe de sécurité me fait savoir qu’il m’est impossible de poser un pied sur le quai, sans explication supplémentaire. Je rebrousse donc chemin sans poser de question.

A la tête du client.
Dix minutes après m’être fait refoulé, un collègue photographe arrive à l’entrée du quai, salue les agents de sécurité et se dirige sur le quai en direction du fabuleux bateau le Ventura et son flot de touristes britanniques. Choqué, je retourne vers « ces fameux agents » chargés de la sécurité et leur demande pourquoi un autre et pas moi. La réponse qui m’a été donnée est la suivante : « C’est le responsable de la sécurité lui-même qui a accompagné le photographe au bateau ».

L’un des agents, embarrassé, me demande de m’adresser directement à « la responsable du CMT ». M’adressant donc à la Directrice du Comité Martiniquais du Tourisme, cette dernière prend la décision de me raccompagner au poste de sécurité tout en précisant que la sécurité n’est pas de son domaine.

Bras cassés et arrogants de surcroît.
De retour, à nouveau, au poste de sécurité, la directrice du CMT demande pourquoi l’on m’a dirigé vers elle; et là, comme tout lâche qui se respecte, la réponse lui est faite que personne ne m’a envoyé la voir. Mais où va t-on avec « ces gens » qui n’assument pas ce qu’ils disent!?

Et, pour couronner le tout, un autre agent sort de son trou, lançant : « Je suis le responsable de la sécurité… » (il faut croire qu’ils sont tous responsables au final) « …et vous n’irez nulle part. Sur ce, bonne journée Mr ».

Personnellement j’ai envie d’en rire, mais j’ai bien trop de peine pour ma chère petite Martinique qui avance … de travers.