Paris-Festival « anti-blanc » : le CRAN dénonce la position d’Anne Hidalgo et pour Dany Cohn Bendit « Elle doit comprendre avant de juger »

Vues : 606

Le « Nyansapo Fest » se définit comme un festival « afroféminisme militant » qui prévoit plusieurs espaces de réflexions pour ses conférences et tables rondes. Des groupes « non mixte avec des femmes noires « , un autre « non mixte – personnes noires », un troisième « non mixte – femmes racisées » et un dernier « ouvert à tous, tout public ».

Le Festival qui aura lieu dans un espace public fait polémique, depuis l’annonce faite par les organisateurs. Le « Nyansapo Fest » prévu du 28 au 30 juillet prochain recevra son public dans des locaux appartenant à la mairie, à l’ancienne sous-station électrique Voltaire dans le 11eme arrondissement à Paris.

Mais, la semaine dernière le président du groupe FN en Île-de-France, Wallerand de Saint-Just, a publié un communiqué demandant à Anne Hidalgo, la maire de la capitale, d’annuler la prochaine manifestation. Comme le pdt du groupe Front National, la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA) a également pris position contre le Festival, qui serait en partie anti-blanc.

D’autres associations, comme le Conseil Représentatif des Associations noires de France (CRAN), se sont manifestées. Louis-Georges Tin (ci-dessus), le représentant du CRAN déclare :

« Le Cran constate que Mme Hidalgo est beaucoup plus prompte à dénoncer la non-mixité des dominés que la non-mixité des dominants, par exemple parmi parmi les adjoints de la ville de Paris, où règne une non-mixité blanche tout à fait frappante (ce qui n’était pas du tout le cas à l’époque de B. Delanoë). Par ailleurs, elle a soutenu Cineffable, festival féministe et lesbien, d’où sont exclus les hommes, ce qui ne dérange personne. ». Une telle position pense Louis-George Tin, ne serait-elle pas contradictoire ».

Sur Europe1, au micro de Thomas Sotto, c’est Dany Cohn-Bendit qui alerte dans son édito sur un jugement peut-être trop hâtif sur le caractère raciste de cette manifestation. Selon Dany Cohn-Bendi: « On peut aimer ou ne pas aimer mais on ne peut juger ce festival comme le fait Madame Hidalgo, il faut raisonner, comprendre avant de juger ». Tels les groupes de réflexion qui ont existé dans les années 1970 aux USA (par exemple), ce groupe féministe veut se faire comprendre et veut analyser les problèmes qui existent, comme l’ont fait les femmes seules ou les homosexuels en France et ailleurs. (Europe 1 mardi 30 mai 2017 à 7h58). Il faut juste éviter l’unicité, le repli sur soi qui pourrait être condamnable estime Dany Cohn-Bendit

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
Photos Causeur.fr/Lesinrocks


2 commentaires :

  1. Lutin

    Il n’y a rien comprendre. Si c’est autorisé ca, pourquoi un bar réservé au blanc ne le serait pas?
    On se plaint souvent du 2 poids 2 mesures. Soyons cohérent

    Répondre
    1. san mélé

      Votre raisonnement est le même que dire que la grenouille devient sourde quand on lui coupe les pattes! C’est encore une preuve de cet inconscient collectif bien ancré, qui tend à voir et juger le noir de façon différente… Très bonne réponse du CRAN. Adoptons donc l’accord toltèque : « ne faites pas de suppositions » avant de connaître le fond des choses. En effet, les noirs ont autant besoin de groupes de paroles que toute autre personne exclue ou en difficulté : alcooliques, femmes battues, homosexuels, droits de l’enfance, parents d’enfants handicapés, personnes abusées, personnes harcelées, blancs, noirs, jaunes gris, verts et schtroumfs ….!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *