Passagers guadeloupéens en garde a vue à la Dominique : les autorités dominicaises s’expliquent.

Vues : 17

passagers-guadeloupeens-transit-dominique

Dans un courrier posté sur le site du bureau du tourisme de la Dominique, le ministre des affaires étrangères, le directeur du tourisme et le consul de France ont souhaité faire la lumière sur les fâcheux événements mettant en cause des passagers guadeloupéens en transit dans leur île le 9 mars dernier.

Ils expliquent que ces passagers d’un vol Liat en provenance de Porto-Rico ont effectivement fait escale à l’aéroport de Melville Hall. Ces passagers avaient subi des retards de vol et arrivés à la Dominique, ils n’avaient pas d’informations de la Liat sur leur éventuel départ en Guadeloupe.

Selon les autorités dominicaises, ces passagers ont verbalement protesté contre le mauvais traitement que la compagnie aérienne leur a infligé. Ils ont communiqué leur insatisfaction au service de sécurité et aux officiers de l’immigration de l’aéroport. Ils poursuivent en racontant que quelques uns de ces passager sont investi la zone sécurisée de l’aéroport. Ils ont envahi le tarmac au moment ou un officier ouvrait la porte. Les passagers ont refusé de regagner la zone de transit malgré la demande insistante de l’officier qui leur a rappelé que leur présence sur leur tarmacadam doit être soumise à autorisation. Face à leur refus d’obtempérer, l’officier a appelé la police, qui a son arrivée, n’a pas eu d’autre choix que d’arrêter ces passagers récalcitrants.

Dans ce courrier, il est rappelé que le consul de France à la Dominique a été informé de cet incident et a été sans cesse tenu au courant de l’évolution de la situation. Les forces de l’ordre sont formelles : en aucun cas, les passagers ont été molestés. Elles précisent même que des collations ont été offertes aux enfants et que les parents ont refusé leur offre.

C’est le consul qui a pu obtenir un arrangement pour que les enfants s’envolent vers le Guadeloupe, le lendemain, par un vol privé. Les passagers en garde à vue ont été présenté à la cour le lendemain parce qu’ils avaient enfreint les lois dominicaises. D’ailleurs, ils ont reconnu ce motif. Après leur jugement, ils ont demandé au consul de trouver un arrangement pour leur vol retour, mais malheureusement, comme ils n’ont pas respecté les lois de la Dominique, le consul n’a pas obligation de les rapatrier vers leur pays d’origine.

Le ministère dit avoir reçu la confirmation que la Liat a remboursé aux passagers leur voyage entre la Dominique et la Guadeloupe.

Les autorités dominicaises concluent leur explication en exprimant leurs regrets sur cette fâcheuse expérience et rappellent que le maintien de la loi et de l’ordre dans leur île, fait partie des priorités des officiers des forces de l’ordre de la Dominique.