Pour mieux comprendre le problème du carburant …

Vues : 9

greve-station-service-martinique-décembre-2013-c

Voici ce qu’a annoncé ce soir Victorin Lurel sur sa page Facebook : « Sur instruction du Premier ministre, le nouveau décret réglementant la fixation des prix des produits pétroliers dans les DOM sera publié ce mardi au Journal officiel. Avec les deux autres ministères concernés, je confirme que je poursuivrai la concertation courant janvier avec les acteurs de la filière sur les arrêtés de méthode. Le gouvernement est ouvert mais il ne renonce pas à la transparence, à la modération des profits pétroliers et à la baisse des prix à la pompe. »

Et pour mieux comprendre le problème du carburant voici quelques explications d’un internaute visiblement bien informé :

« Donc, les marges et le monopole sont garanties par l’Etat. L’Etat fixe le prix du carburant sans aucun document certifié, ni facture, ni compte de résultat.

Que demande le décret LUREL ?

Que l’Etat arrête de fixer le prix du carburant en aveugle. Que les pétroliers donnent des factures certifiées, des comptes de résultats certifiés et que leur marge ne dépassent pas les 9%.

Le décret ne concerne pas les gérants mais les pétroliers.

Pourquoi ce sont les gérants qui agissent et décident de prendre en otage la population ?

Parce que les gérants ne sont pas propriétaires de leur station, elles appartiennent aux pétroliers et que les pétroliers menacent de reprendre leur station en gestion directe si le décret passe. C’est tout simplement un chantage inacceptable. Nos gérants préfèrent subir le diktat des pétroliers que revendiquer la propriété des stations ou le respect de leur contrat de gérance et faire payer le juste prix aux consommateurs.

Les bénéfices des pétroliers sont exorbitants et risquent de choquer, voilà pourquoi ils ne veulent pas de la transparence.

C’est un lobby qui est puissant, ils iront jusqu’à demander la tête de LUREL.

LUREL a raison. Il faut qu’il tienne. Et les gérants devraient plutôt chercher à se libérer de l’emprise des pétroliers au lieu de leur servir de fantassins contre l’intérêt des consommateurs. Le pouvoir d’un lobby ne peut le remporter face à l’intérêt général, et le pouvoir démocratique issu des urnes.

Dans cette affaire les élus du Conseil Régional de la Guadeloupe défendent l’intérêt général et non celui du lobby pétrolier.  »

Source : FIA