« Pourquoi il faut soutenir Yvette Galot »

Vues : 104

Yvette Galot

Suite au recours d’inéligibilité auprès du Conseil d’Etat produit par Louis-Félix Vincent Duville (MIM) qui vise à exclure Madame Yvette Galot du Conseil Régional de Martinique pour cumul de mandats, l’élue avait été embauchée en tant que chargée de mission au cabinet de la présidente du Département, fonction incompatible avec son mandat de responsable de la commission culture du conseil régional, les artistes de l’île se mobilisent et une pétition de soutien est en ligne.

Pourquoi il faut soutenir Yvette Galot par Imaniyé Dalila Daniel

Excuse moi mon frère, mais je vais tenter de t’expliquer les raisons pour lesquelles nous nous sommes permis d’intervenir… Voila :
Tu as raison, nul n’est au dessus des lois et Monsieur Duville a le droit, en tant que bon Français qui se respecte de faire valoir sa nationalité française pour interpeller le conseil d’état de la France afin de demander qu’une sanction exemplaire soit prise à l’encontre de notre compatriote martiniquaise, bien qu’elle ait immédiatement réparé son erreur en démissionnant comme il le demandait.

Car Mme Galot et ses employeurs n’ont pas été assez vigilants sur les procédures mises en place par le législateur français dans le cadre de ce type de mission/fonction.

Donc, on est d’accord avec lui et on le félicite d’être un si bon citoyen Français, très vigilent lui sur le respect des lois françaises, donc on dit bravo et vive la France d’avoir prévu qu’il puisse ainsi réagir de manière démocratique.

Cependant en tant qu’artistes, vivant dans un milieu SINISTRE, souffrant de l’incompréhension des politiques sur les mécanismes à mettre en place pour faire décoller l’économie artistique que nous appelons de tous nos vœux depuis 30 ans, nous avons POUR LA PREMIERE FOIS, une politique qui sait de quoi elle parle et avec qui nous travaillons, tous bords politiques confondus (je ne suis pas PPM ! et elle non plus d’ailleurs puisqu’elle n’a pas de carte de parti) pour réaliser des choses qui sont tout près d’aboutir. Pour cela, nous avons passé des heures, des jours, des semaines à réfléchir, rédiger, proposer, chercher, et trouver un certains nombre de solutions et d’actions qui pourront nous permettre et, à défaut de nous qui permettront à nos enfants d’espérer bénéficier d’une professionnalisation de l’art, tant en matière de formation qu’en matière d’activité… Cela fait 2 ans qu’on bosse, chaque semaine, et on est tout près du but. Parce que Mme Galot qui est du milieu le connait parfaitement et donc on ne perd pas de temps à lui faire comprendre des choses qu’elle connait, et donc avec elle ça a été vite et plutôt bien puisque l’IRAV a déjà un statut plus favorable aujourd’hui qu’avant qu’elle ne propose d’autres solutions, par exemple.

Ce que nous redoutons et qui nous ferait DEPOSER LES ARMES parce qu’on est fatigués de ne JAMAIS y arriver, ce serait que Mme Galot soit obligée de laisser tomber nos dossiers et que l’on se retrouve a devoir RECOMMENCER, ce qu’aucun de nous n’envisage avec sérénité, car ce serait la fin de nos DERNIERS espoirs de voir la politique au service de la progression du statut des artistes dans ce pays.

C’est pourquoi, tout en reconnaissant à M. Duville le droit d’être un bon Français respectueux des lois, tout en reconnaissant que Mme Galot a fait une erreur, tenant compte du fait qu’elle n’a porté AUCUN PRÉJUDICE, ni a la société, ni à quelqu’un en particulier, tenant compte du fait qu’elle n’a pas tué, ni volé, ni insulté, ni fait quelque chose d’IRREPARABLE, et ne s’étant pas enrichi personnellement ni servi personnellement, nous sollicitons respectueusement de la part de M. Duville qu’il ne détruise pas notre élan, notre travail et ne mette un frein brutal à l’espoir qui est né et s’est développé dans le milieu grâce à Mme Galot et au fait qu’elle nous comprenne bien.

Nous avons l’intention d’aller le voir pour lui faire comprendre que nous n’avons pas forcément besoin que « Papa » se mêle de cette question martinicano-martiniquaise et que l’amende honorable et la démission de Mme Galot du conseil général devraient suffire à réparer ses tords.

Nous n’avons plus de temps à perdre. Les derniers militants que nous sommes sont plus que cinquantenaires et fondent des espoirs terribles dans l’action de Mme Galot, et redoutent que l’on se retrouve à devoir recommencer (ce que pour ma part je n’envisage pas une seule seconde) avec quelqu’un qui n’aurait ni sa connaissance du terrain, ni ses compétences en la matière, ni son talent de fédérateur.

C’est elle qu’il nous faut MAINTENANT et cela, il faut le comprendre, car nous travaillons pour que les jeunes Martiniquais qui arrivent là trouvent un cadre valable et c’est cela qu’il faut sauver, pas la peau de Mme Galot.
Est ce que tu comprends l’enjeu ? Alors nous n’avons pas honte de monter au créneau pour dire : LAISSEZ Mme GALOT FINIR LE TRAVAIL QU’ON A COMMENCE S’IL VOUS PLAIT;

Si vous souhaitez signer la pétition c’est par ICI