« Quelques vérités sur le T.C.S.P »

Vues : 328

Par Louis Boutrin :

Transports : quelques vérités sur le T.C.S.P

Manifestement, à moins de trois mois de l’élection pour la mise en place de la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM), le PPM et ses alliés ont décidé de faire du Transport Collectif en Site Propre (TCSP) de la conurbation foyalaise un outil de propagande électorale.

Initié, conçu et financé sous la mandature d’Alfred MARIE-JEANNE, ce projet doit être livré avant la fin décembre 2015. La gouvernance régionale actuelle y voit là une véritable aubaine à saisir car, en dépit d’une communication tonitruante, elle n’a que ce TCSP à mettre à l’actif de son maigre bilan. Cependant, on aurait pu s’attendre à plus de modestie chez ceux qui avaient pour obligation de continuer l’œuvre de leur prédécesseur ce d’autant, qu’ils se sont révélés, par ailleurs, comme étant de piètres gestionnaires. Faut-il rappeler que Serge LETCHIMY, l’actuel président de la Région, affiche à son palmarès celui de la ville la plus endettée de France.

Mais, pour l’heure, arrêtons-nous à quelques vérités sur le TCSP, objet de moult opérations d’instrumentalisation du peuple qu’il convient de dénoncer aujourd’hui compte tenu du silence complice de certains médias.

Une nouvelle opération de « vèglaj » du peuple

S’il faut reconnaître une qualité à l’actuelle équipe régionale, c’est bien celle du culot. Avant nous, l’obscurité. Et, avec nous, la lumière fut ! Ainsi résumés, l’état d’esprit et le degré d’amnésie de l’équipe Ensemble Pour une Martinique Nouvelle. Oubliée l’époque des dettes à la Région, oubliés les récents rapports de la Chambre Régionale des Comptes sur la gestion calamiteuse de Serge LETCHIMY avant son arrivée à Plateau Roy. Oubliées les critiques sur le fameux « matelas de la Région ». C’est à croire que la politique martiniquaise peut se résumer à de l’instrumentation permanente voire à de l’esbroufe et, par un tour de passe-passe médiatique, on peut ainsi aveugler les électeurs !

En réalité, ce projet voulu par Alfred MARIE-JEANNE pour réorganiser les transports publics et faire entrer la Martinique dans la modernité, avait fait l’objet d’âpres débats dès les années 1999-2002 au moment même où la ville capitale n’avait pas un sou dans ses caisses pour contribuer au financement.

Vous avez dit « équipe-projet » ?

Parmi tous les éléments de langage pou vèglé pep-la, celui du terme « équipe-projet » revient dans le discours médiatique de la Région pour justifier des commandes passées par elle auprès des Cabinets Bird & Bird (avocats), et Ingérop (BET, vrd, transports), dans le cadre de la convention de commande signée avec le Syndicat Mixte du TCSP (SM-TCSP). Une démarche louable mais qui, en réalité, a servi à la création d’une Société Publique Locale « Transports de Martinique » mandataire pour le compte du SM-TCSP et chargée d’assurer le suivi et le contrôle du contrat PPP par Caraïbus, ce qui coûte à la Collectivité régionale la bagatelle de 217 000 Euros par an.

Actuellement, cette Société Publique Locale (SPL) n’est composée que de deux agents, rétribués par la Région. Elle a en projet l’étude du prolongement du réseau TCSP sur Rivière Salée, le Nord-Atlantique, et Schœlcher. Enfin, dirait-on ! Sauf qu’il s’agit là d’un nouvel exemple de gaspillage de l’argent des Martiniquais : ces études ont déjà été réalisées en phase de faisabilité par le SM-TCSP, en 2007 et 2008. C’est d’ailleurs sur la base de ces études, actualisées, qu’Alfred MARIE-JEANNE a maintenu dans son projet pour la CTM une prolongation du TCSP jusqu’à Schoelcher et à l’Université. Volonté politique réaffirmée dans son « Appel aux Martiniquais » même si, entre-temps, le maire Serge LETCHIMY a fait construire des immeubles à la Pointe de la Vierge sur l’emprise foncière du TCSP. Il faudra bien que ce dernier explique aux électeurs du NORD CARAÏBE ce manque de considération à leur égard !

Surcoût de travaux : 245,8 M€ à 361 M€

Ce qui caractérise le projet du TCSP de la Martinique c’est bien le surcoût des travaux qui sont passés de 245,8 millions d’euros à 361 millions d’euros. Ce surcoût reflète tout à fait la visée politique de l’actuel président de Région qui a fait du TCSP un instrument de sa stratégie de conquête du pouvoir. Le projet a donc évolué dans le temps au gré des seuls intérêts politiques de Monsieur LETCHIMY. Les exemples des surcoûts des travaux à l’avenue Maurice Bishop, sur le Bd Général de Gaulle et du pont de la Gaigneron illustrent parfaitement ses ambitions mais aussi une propension à la démesure et au gaspillage des deniers publics. Et, en final de compte, c’est le contribuable qui paye, et qui paiera encore durant 18 ans, les choix de celui qui se fait passer à l’international pour le « Président of Martinique ».

Avenue Maurice Bishop :

Initialement, les acquisitions d’emprises sur l’avenue Maurice Bishop, s’élevaient à 7 millions d’Euros, compte tenu du nombre moins important d’expropriations à réaliser. Il s’agissait de réaliser une voirie destinée au TCSP en axiale de deux voies et une voirie destinée aux véhicules particuliers d’une voie chacune répartie de part et d’autre du TCSP ; la circulation de transit étant prise en charge par la Pénétrante Est passant à l’entrée du Port de FDF, et débouchant sur l’autoroute, au niveau de l’échangeur de la Pointe des Sables. Cette section est financée par le Conseil régional puisque la Ville de Fort-de-France n’avait pas d’argent (Eh oui… c’est facile aujourd’hui de critiquer la segmentation du projet initial en 5 sections !). Et Serge LETCHIMY le sait pertinemment, je suis intervenu personnellement auprès du Président Marie-Jeanne qui a validé cette variante du projet.

Aujourd’hui, du fait d’une décision prise en 2006 par l’ancien Député Maire de Fort-de-France et Président de la CACEM, la voirie destinée aux véhicules particuliers a été doublée. Son emprise a été portée à 32 mètres au lieu des 24 mètres prévus initialement, et le montant des indemnités d’éviction porté à 17 millions d’Euros. Cela veut dire que Monsieur LETCHIMY a décidé d’exproprier beaucoup de riverains et de faire de Sainte-Thérèse, quartier populaire avec une véritable âme, un enfer c’est-à-dire un boulevard avec un flux incessant de véhicules, une pollution atmosphérique accrue, pour les riverains de Sainte-Thérèse. Certes, un projet d’aménagement de l’entrée de ville pour accompagner ce projet de transport s’imposait mais la démesure est venue impacter considérablement le coût de cette section du TCSP.

Boulevard Général De Gaulle :

Une autre opération a fait l’objet d’un surcoût du fait d’une vision partisane au bénéfice de la CACEM et de la Société Mozaïk chargée du transport urbain et présidée par Mr Alex Cypria.

Initialement dans le cadre de l’étude d’insertion du TCSP sur le Bd Gal De Gaulle, la voirie du TCSP devait être réalisée en axiale, permettant dans l’attente de la réalisation du TCSP le passage des bus de Mozaïk. Le Député Maire de FDF et Président de la CACEM a expressément demandé au Conseil Général chargé de réaliser les travaux de voirie sur la section 1 de réaliser les travaux du site propre en latéral : coût 2 millions d’Euros. Aujourd’hui cette voirie a été démolie pour laisser place à la réalisation d’une voirie en axiale, dont le coût est de 5 millions d’euros soit 7 millions d’euros de travaux pour 350 m linéaire entre la Maison des Syndicats et la pharmacie Cypria.

Ouvrage de Gaigneron et échangeur de Chateauboeuf

Annoncé initialement à hauteur de 24 M€, l’ouvrage du pont de Gaigneron coûtera finalement 47 millions d’Euros. Malgré nos vives protestations en plénière, la majorité a voté ces 47 M€ faramineux alors que 1/3 sert au TCSP.

Idem pour l’échangeur de la Pointe des Sables (Chateauboeuf) 25 millions d’Euros (au lieu des 12 M€ ) dont 1/4 sert au TCSP (voir photo ci-dessous).

tcsp.bretelle.dillon

Transfert d’emprunts de la Région au SM-TCSP

Un prêt contracté par la Région pour un montant de 110 millions d’euros pour la réalisation des travaux en Maîtrise d’œuvre Publique (MOP) a été transféré au SM-TCSP :

– Remboursement à l’AFD (Agence Française de Développement) de 65 millions d’Euros sur 30 ans

– Remboursement à la CDC (Caisse des Dépôts et Consignations) de 35 millions d’Euros sur 25 ans dont 14 millions sur 40 ans.

Contrat PPP passé avec VINCI : 150,4 M€

Après avoir dilapidé l’enveloppe de financement du TCSP, Serge LETCHIMY a été contraint de contracter avec la multinationale VINCI un contrat de Partenariat Public Privé (PPP) pour terminer dans les temps un ouvrage dont le financement initial était apporté par les Collectivités martiniquaises à hauteur de 60 % et par l’Europe pour 36 %. D’où sa frilosité dès que l’opposition aborde cette épineuse question en séance plénière du Conseil régional.

En effet, malgré les demandes incessantes du collègue Louis-Félix DUVILLE, notre groupe n’a jamais été destinataire des contrats PPP signés par la Région et le SM-TCSP. Pourtant c’est un total de 150,4 millions d’euros sur 20 ans pour le contrat PPP passé avec Vinci, que la future Collectivité Territoriale de Martinique aura à rembourser.

Le remboursement des deux premières annuités soit 15,6 millions d’euros a été effectué sur les fonds propres du SM-TCSP sans aucune participation de la Région. Seuls ont participé au financement le Département, la CACEM, l’Etat et l’Europe.

Rendre à César…

tcsp-verite

La fin des travaux du TCSP arrive à point nommé pour l’équipe actuelle qui, en une mandature, n’a pas été capable de sortir un seul projet structurant pour la Martinique. D’où sa précipitation à communiquer à tout-va sur le TCSP. Il faut reconnaître que la démarche est plutôt habile. Tout le monde a déjà oubliél’abandon du Tramway qui avait été retenu en lieu et place du Monorail. Idem pour le « Malecon » et la gare Multimodale de la pointe Simon financés et réalisés entièrement par le Conseil Général sous la mandature de Claude LISE.

Sous le clinquant d’un TCSP flambant neuf, micros et caméras seront de rigueur pour faire passer cette réalisation comme un remède à tous les maux du pays. Sauf que le TCSP n’est pas une panacée universelle et que les occupants actuels de Plateau Roy semblent oublier qu’ils n’en sont pas les géniteurs.

Louis BOUTRIN

Conseiller régional de Martinique

Groupe des Patriotes Martiniquais et Sympathisants

Sources : La Tribune des Antilles


1 commentaires :

  1. sceptique

    Si le projet de tcsp à fait l’objet de débat depuis les années 1999 jusqu’à l’année 2002 comment peut on m’expliquer que les travaux on commencés 10ans après sachant que selon nous devons tout à M. Marie-Jeanne j’aimerais savoir pourquoi l’ex président de la région n’a pas fait en sorte de faire rentrer la Martinique dans la modernité le plus tôt possible …

Les commentaires sont fermés