Racisme et dysfonctionnements avérés envers les utilisateurs noirs à Airbnb

Vues : 1061

« Je hais les noirs, Tu es dans le Sud chérie, Va falloir que tu cherches ailleurs pour reposer ta tête de négresse. Je suis obligé d’annuler ta réservation ». C’est la réponse d’un loueur blanc pour une demande de chambre vacante sur Airbnb. Ce cas d’une étudiante qui cherchait à louer un logement en Caroline du Nord, n’est pas isolé. Après l’humiliation en ligne et la création du hashtag #AirbnbWhiteBlack, les langues se délient, et la plate forme de location de logements en ligne Airbnb est indexée par des milliers d’internautes.

4939419_6_f6fb_2016-04-29-b538903-5765872-01-06_0e0876f1e49b2f68c08c4417c38f4301

Cette affaire précise est relatée par une amie de la plaignante au mois de mai dernier. Son amie, une étudiante nigériane décide de réserver une location à Charlotte en Caroline du Nord aux États-Unis. Pour des raisons racistes, le logeur refuse sa demande et lui détaille pourquoi. Elle est noire, il n’aime pas les niggers « les noires, les négresses », et de plus, le Sud, ancré dans les traditions du Ku Klux Klan depuis des siècles, est encore raciste, souffre de la présence des Noirs.

Devant le flux de contestations et de désapprobations, Brian Chesky, l’un des PDG de la plate forme de location Airbnb, a du radier à vie ce propriétaire. Mais l’affaire est plus complexe, comment prévenir ces discriminations.

Il n’y a aucune possibilité de connaître les réactions des loueurs d’appartements qui prennent leur décision individuellement et selon leur personnalité. Des propriétaires qui abusent des exigences de la plate-forme Airbnb. Le Site de location, exhorte les futurs locataires à poser une photo lors de leur réservation et d’être authentiques, pour créer un « Climat de Confiance » selon David King le Directeur de la Diversité à Airbnb.

Depuis quelque temps, la communauté noire se mobilise et évoque de nombreuses enquêtes sur les dysfonctionnements d’Airbnb. Elle dénonce dans ColorOfchange.org, les dérives racistes que subissent les demandeurs afro-américains qui utilisent Airbnb depuis sa création. Les Associations évoquent des prix très élevés, des courses refusées et des offres peu intéressantes que celles proposées à d’autres qui tentent d’obtenir une location dans la même ville.

Un internaute, Rohan Gilkes, choqué, a proposé de créer un site concurrent et dédié à la communauté noire #Noirbnb.
Une réaction qui pourrait être une solution à envisager, car selon une étude de la Harvard Business School, révélée en janvier 2015, les réservations en ligne des afro-américains ont 16% de chance en moins d’aboutir, que celles des autres demandes sur le Site Airbnb.

Dorothée Audibert-Champenois    Photos Dailymail