Raphaël Confiant porte plainte en diffamation

Vues : 91

raphael-confiant

Décidément, rien ne va plus a L’UAG pôle Martinique. Ce matin, Raphaël Confiant, doyen de la faculté des lettres, a porté plainte en diffamation suite a des accusations calomnieuses  portées contre lui et quelques enseignants de la faculté des lettres et sciences humaines.

Les faits remontent  à quelques semaines : dans un courriel adressé à la communauté universitaire, un certain Mohamed Ali, dont le nom ne figure pas dans la liste des 1697 étudiants de la faculté, accuse Confiant et ses collègues d’un certain nombre de pratiques douteuses et pas catholiques envers certaines étudiantes.

Notons que depuis que le scandale financier qui implique le Ceregmia a éclaté, un certain nombre de textes anonymes entachant la réputation de la présidente et de quelques uns de ses collaborateurs étaient régulièrement affichés sur les murs de l’université.

Tentative de diversion ? De déstabilisation ? Depuis la décision du procureur de la république de Fort de France d’ouvrir une information judiciaire sur les responsabilités de la présumée « bande organisée », l’on peut s’interroger sur les intentions de ce mystérieux Mohamed Ali.

Pour rappel : Vendredi 21 mars, Eric Corbaux, procureur de la République de Fort-de-France, a annoncé l’ouverture d’une information judiciaire pour «escroquerie en bande organisée et détournements de fonds en bande organisée » au sein de l’UAG. Puisqu’il s’agit de l’utilisation de fonds publics, « y compris des fonds européens », le procureur de la République a donc décidé d’enquêter pour déterminer si  « d’éventuels détournements et escroqueries [ont été] commis au sein de l’université. »

Si l’enquête démontre que le directeur du Ceregmia et ses comparses ont détourné les fonds publics, ils encourent des peines de prison et de très lourdes amendes.

En attendant, dans un courrier, Raphaël Confiant a demandé à la présidente de l’UAG, d’engager un avocat pour le défendre.

Photo : google image