Rio : Un restaurant qui lutte contre le gaspillage alimentaire aux JO

Vues : 195

Le  lieu suscite de l’admiration et fait grand bruit à Rio.

foto-site-05-pt-en
Dans les cuisines, des aides-cuisiniers recrutés dans les favelas s’activent aux fourneaux, dans les salles ils servent et nettoient les tables. Le menu dépend des arrivages du village olympique ou des supermarchés de la région. Bienvenue au « Refetterio Gastromotiva » situé dans un quartier populaire de Rio de Janeiro, à quelques kilomètres du village olympique.

refettorio-gastromotive-massimo-bottura-2-FT-BLOG0816

Le restaurant ouvert depuis une semaine dans le quartier réputé de Lapa, ne désemplit pas. L’idée vient de Massimo Bottura, un des chefs les plus étoilés dans le monde. Le chef cuisinier italien a lancé ce projet de « gastronomie sociale » dans le but d’aider les plus démunis, ceux qui vivent dans les bidonvilles au Brésil. Son objectif : lutter contre le gaspillage alimentaire. Ce sont des tonnes d’excédents alimentaires qui sont offerts aux défavorisés qui profitent ainsi des JO organisés dans leur pays.

oooooRG
Cet établissement qui redistribue le surplus des invités sportifs des JO de Rio, fonctionne grâce à la collaboration du chef italien Massimo Bottura (à droite) et du brésilien David Hertz. Il leur a fallu 57 jours pour mettre en place ce « Refetterio Gastromotiva ».

39212_G08_W01

Une mission qui au départ, n’a pas convaincue leurs quelques partenaires.
Il y a trois mois, Massimo Bottura a investi (personnellement) l’équivalent de 200 000 euros avant de recevoir des soutiens pour pérenniser son projet.

39207_G08_W01

Très vite, David Hertz, également dans la restauration et responsable d’une ONG brésilienne (qui vient en aide aux marginaux), a adhéré à son idée. Les deux partenaires ont cassé des murs sales et tagués, ils ont transformé un terrain vacant et créer un espace lumineux et accueillant, ils l’ont baptisé : le « Refetterio Gastromotiva », raconte-t-il dans Rio 2016. « Ce que nous faisons, ce n’est pas une œuvre caritative, c’est un projet culturel important contre le gaspillage », explique David Hertz.

39213_G24_W01

Le chef cuisinier, Massimo Bottura (ci-dessus), dont l’établissement « Osteria Francescana » est classé parmi les 50 meilleurs restaurants à San-Pellegrino (N-O Italie), attend dans les prochains jours d’autres grands chefs cuisiniers qui proposeront des menus différents. Le français Alain Ducasse, le chef argentin Francis Mallman ou encore le montréalais-coréen Antonio Park.

08.2016_-_refettorio_gastromotiva_-_david_hertz_massimo_bottura_gastromotivas_students

« Le projet de Massimo à Milan a vraiment changé ma vie et m’a beaucoup inspiré. Je voulais aussi laisser quelque chose en héritage pour ces jeux de Rio », a déclaré David Hertz à la presse de Montréal. L’ONG qu’il a fondé vient en aide aux sans-abris, aux gens malades et aux transsexuels, victimes de violence au Brésil.

39217_G08_W01
Quant au chef italien, Massimo Bottura, connu en 2015, pour ses soupes populaires «Reffeterio ambrosiano » ( durant l’Exposition universelle de Milan), le multi-étoilé espère avec son partenaire David Hertz, prolonger leur action au delà des jeux Olympiques de Rio 2016.

Dorothée Audibert-Champenois
PhotosCarrefour.fr/Rio2016