Saint-Martin – Pillages : Réactions après une mise en cause pour de « simples pâtes ? »

Vues : 1489

A Saint-Martin, suite à l’information virale d’une habitante mise en cause pour un vol alimentaire et qui se défend en évoquant « de simples pâtes », le parquet a réagi à ces « vagues sans précédent de pillage post-ouragan » en publiant un communiqué, paru hier, mardi 17 octobre 2017.

Le parquet en insistant sur la gravité du vol, a tenu a précisé dans quels contexte il a eu lieu :
« Dans l’affaire en question, il s’agit d’un vol aggravé (réunion, effraction et dans un local contenant des marchandises) et de recel d’objets volés,  dans le cadre  d’une enquête générale sur plusieurs faits commis à Cul de Sac, au Coccimarket (Supérette) et dans des appartements, suite à des plaintes de particuliers et de commerçants. A cette occasion, il a été démontré que le mari de Mme LEMAIRE, accompagné d’un ami, avait notamment fracturé la supérette -qui n’avait pas été endommagée par l’ouragan- pour voler des aliments, aliments que Mme avait en partie recelé à son domicile, effectivement des pâtes alimentaires, et un simple rappel à la loi avait été notifié aux 3 mis en cause, étant observé que Madame n’avait pas été placée en garde à vue. »

Les autorités guadeloupéennes ont également saisi cette occasion pour rappeler qu’un « pool judiciaire constitués d’enquêteurs-gendarmes, de volontaires ont permis l’arrestation et la poursuite de plus de 150 auteurs d’infractions pénales et la restitution d’un grand nombre de matériels volés ». Selon le parquet, ces interpellations et arrestations correspondent à un besoin réel « de sécurité au sein de la population dans ces circonstances exceptionnelles ».

Dans le communiqué publié dans le magazine local St-Martin/Week, le parquet précise que « les habitants de Saint-Martin étaient prévenus depuis une semaine de l’arrivée de l’ouragan et avaient été invités à faire des réserves alimentaires, des listes de produits utiles étant d’ailleurs largement diffusées dans la presse à cet effet, aussi le vol par effraction dans un commerce le lendemain de l’ouragan ne peut se justifier en aucune manière, d’autant que de la nourriture était distribuée gratuitement sur l’Ile et dans de larges proportions, mais la mesure de l’affaire avait été prise puisqu’un simple rappel à la loi a été notifié par l’officier de police judiciaire dans ce dossier. »

La vidéo de l’habitante, outrée d’être mise en cause pour avoir donné de « simples pâtes alimentaires» (vue 9660 fois) :

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesYoutube/Daily Mail


1 commentaires :

Les commentaires sont fermés