Salon de la Gastronomie 2018 : « La Ministre des Outre-mer, Mme Girardin a brillé par son absence ! »

Vues : 850

« Je ne suis pas peinée de savoir que la ministre des Outre-mer n’était pas là. Ni peinée, ni étonnée, car depuis juillet dernier, elle ne m’a jamais donnée une réponse. J’espérais mettre ce Salon des Outre-mer sous son haut patronage. C’est dommage ! J’avais une autre image de Mme Girardin » (vidéo en fin d’article) C’est la réaction (enregistrée ce vendredi 5 février 2018) de Babette de Rozières, fondatrice du Salon de la gastronomie des Outre-mer, au lendemain de la conférence de presse qui lançait l’événement gastronomique à Paris. Un brin déçue, la guadeloupéenne avec sa détermination légendaire, a repris son bâton de pèlerin et plus que jamais avec un discours d’ouverture maîtrisé, la chef en cuisine a appelé à l’union et à la solidarité. Une surface plus grande, plus de 6 000 m2, un lieu plus fréquenté, la Porte de Versailles, un espace plus vaste et plus attractif, le Hall 5, « le Salon de la Gastronomie des Outre-mer et de la Francophonie a mûri ». Après une année d’absence, l’année 2018 « est un bon cru » pour l’équipe du Sagasdom (Le Salon de la Gastronomie des Outre-mer et de la Francophonie). Avec la Polynésie française comme invitée d’honneur, c’est toute une délégation du pacifique qui sera présente au Sagasdom 2018, durant 3 jours. Jeudi 4 janvier 2018, 11 heures, sous les lustres du Salon des Arcades à la mairie de Paris, après un long discours d’encouragement de Caroline Tang, la déléguée spéciale auprès du Président de la Polynésie Française, Babette de Rozières a lancé officiellement le Salon de la Gastronomie des Outre-mer qui s’installe pour sa troisième édition au centre de Paris. Avec le soutien de la maire de Paris, Anne Hidalgo, l’équipe du Sagasdom a tenu, ce jeudi, une conférence de presse déjeunatoire à l’hôtel de Ville de Paris. Pour l’occasion, c’est le Prix Goncourt, Yann Queffelec, modérateur de la conférence qui, devant la presse, a présenté les objectifs de ce Salon, fondé en 2015 par la guadeloupéenne, Babette de Rozières, première femme en cuisine, mais aussi animatrice et chroniqueuse de télévision. Laurent Bruyas (membre du Protocole de la Présidence de la République) a suivi le discours de Babette de Rozière avec une attention particulière. Yannick Alléno (ci-dessous à droite, en tenue blanche) est, cette année, le parrain du Salon. Ami de la guadeloupéenne, c’est un chef gastronome, triplement étoilé au Guide Michelin depuis 2007. Originaire de Puteaux, il dirige le Pavillon Ledoyen, à quelques mètres des Champs Elysées. Au Salon les Arcades, l’Ambassadeur du Liban, Rami Adwan a souligné le lien fort entre le Périgord, la Guadeloupe et le Liban, selon  Rami Adwan, ce point commun, c’est « Qu’on aime bien manger !». Puis, la restauratrice guadeloupéenne (en larmes parfois) a pu brièvement expliquer comment et pourquoi, elle s’est engagée depuis quelques années à « défendre le patrimoine gastronomique » français. Babette de Rozières, femme de caractère et de pouvoir (elle est aussi élue au Conseil Régional d’Ile-de-France), s’est imposée dans ce monde majoritairement masculin, grâce à sa volonté de « promouvoir la cuisine ultramarine ».

Son projet de créer son Salon de la Gastronomie des Outre-mer est né d’un constat : « l’intérêt croissant des français pour la gastronomie et l’exceptionnel attractivité des Outre-mer » dans la société française, métropolitaine, indique t-elle dans ses prospectus. Femme et Noire, elle aura été parmi les pionnières antillaises, à faire découvrir les régions ultramarines, autrement, que par le prisme du doudouisme : « Les Antilles, ne se résument pas qu’aux acras ou aux boudins créoles ! ».

Battante, la guadeloupéenne, créatrice du Salon de la Gastronomie des Outre-mer et qui œuvre pour plus de visibilité pour les minorités en France métropolitaine, aura dit-elle, été, quelque fois bousculée à cause de ses origines mais n’a jamais capitulé.

Aujourd’hui, partageant une émotion intense avec le public présent à la mairie de Paris, Babette de Rozières, se dit fière de sa réussite et du succès de son Salon qui ouvre les 2, 3 et 4 février prochain au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris. Le Sagasdom est aussi un des plus grands événements de la capitale parisienne. Plus, que découvrir de nouveaux produits, les visiteurs viennent apprendre de nouvelles recettes, voir les stands des autres régions d’outre-mer, tester et goûter aux nouveaux produits des provinces de métropole et concourir pour le Trophée Babette. Les exposants pourront compléter leurs offres grâce aux produits d’autres professionnels de cuisine. Les visiteurs auront droit à des nouveautés pour cette troisième année, des concours de cuisiniers amateurs où les lauréats gagneront des billets de voyage. Des démonstrations de plats cuisinés à l’espace chef, font parties des attractions attendues par les visiteurs du Salon. Réductions sur les prix des billets de transport des participants (stands), remises sur les tickets d’entrée des visiteurs, la fondatrice du Salon de la Gastronomie, indique sa volonté de participer socialement à la bonne tenue de son événement culinaire. Avec plus de 120 exposants, le Hall 5 du Sagasdom représentera une surface plus élargie dans lequel des groupes de danses et des hôtesses animeront chaque jour un Sagasdom ensoleillé, un coin de paradis qui ouvre ses portes du vendredi 2 février au dimanche 4 février 2018, à la Porte de Versailles dans le 15ème arrondissement de Paris. « Ni peinée, ni étonnée … Mais c’est dommage ! » (Babette de Rozières, le vendredi 5 janvier 2018 / salle de maquillage de la chaîne privée CNEWS)

BABETTE DE ROZIERES

« Ni peinée, ni étonnée … » Babette De Rozières Vidéo Robin Grez Rédaction Antillesboxmail – Dothy Marina Marâ Marville

Publié par Sagasdom sur vendredi 5 Janvier 2018

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy Images  C’news Actus Dothy / Vidéo (CNEWS) Robin Grez


1 commentaires :

Les commentaires sont fermés