Sauvons-le de la décapitation et crucifixion

Vues : 5

L’Arabie Saoudite s’apprête à décapiter un jeune homme de 21 ans avant de crucifier son cadavre et de l’exposer en public. C’est ce même pays qui vient d’être choisi pour présider un panel du Conseil des droits de l’homme à l’ONU. Si le sujet n’était pas si dramatique, c’en serait presque comique…

Ali Mohammed al-Nimr a été arrêté à 17 ans alors qu’il participait à des manifestations contre le gouvernement. Il a été reconnu coupable sur la base d’aveux obtenus sous la torture. Mais son cas n’est pas une exception dans le Royaume: l’Arabie Saoudite a déjà exécuté plus de 100 personnes cette année, soit une personne tous les 2 jours!

La France a demandé aux autorités saoudiennes de renoncer à cette exécution mais les États-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni entretiennent eux aussi des relations étroites avec ce régime. Le meilleur moyen d’obtenir une réaction urgente est de cibler les dirigeants de ces pays qui peuvent influer sur leurs alliés saoudiens. Signez maintenant pour sauver Ali et pour s’opposer à cette farce des droits de l’homme; l’exécution pourrait survenir à tout moment:

L’Arabie Saoudite préside aujourd’hui le comité de l’ONU en charge des nominations de rapporteurs spéciaux et d’experts indépendants clefs. Le cas atroce d’Ali souligne toute l’absurdité de cette nomination! Les experts des droits de l’homme disent qu’il s’agit d’une “exécution arbitraire” interdite par la Convention internationale des droits de l’enfant, Ali ayant été condamné alors qu’il était mineur. Ali est le neveu d’un dignitaire chiite de premier plan, qui a également été condamné à mort.

L’exécution aura lieu, à moins qu’elle ne coûte trop gros en termes de relations diplomatiques.

Les gouvernements cités entretiennent des relations nauséabondes mais étroites avec l’Arabie Saoudite: ils lui vendent des armes, lui achètent du pétrole, ou les deux! Nous savons que leur voix compte. Lorsque nous avons mené une campagne il y a quelques mois auprès du vice-chancelier allemand, afin qu’il demande aux autorités saoudiennes d’empêcher la flagellation et potentiellement l’exécution du blogueur Raif Badawi, Sigmar Gabriel nous a suivis. Depuis, Badawi n’a pas reçu de nouveaux coups de fouet et il est encore en vie, bien qu’il croupisse toujours en prison.

Demandons de toute urgence aux dirigeants de ces grandes puissances de dire aux Saoudiens qu’ils doivent renoncer à cette exécution, puis de demander une réévaluation du nouveau rôle de ce pays au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Signez maintenant — aidons à sauver la vie de ce jeune homme en cliquant sur le lien suivant pour signer la pétition : https://secure.avaaz.org/fr/stop_saudi_beheadings_loc/?bHpyffb&v=65544

Alice, Mélanie, Marie, Alex, Marigona et toute l’équipe d’Avaaz