Sciences Ô : Audrey Pulvar marraine de la semaine des Outremers à Sciences Po

Vues : 672

C’est à 19h, hier, à l’amphithéâtre Boutmy à Sciences Po, qu’Audrey Pulvar a lancé officiellement la semaine des Outremers. Un événement que l’Association Sciences Ô organise chaque année dans les locaux de l’Institut d’Études Politiques de Paris dans le 7ème arrondissement.

Depuis cinq ans, les étudiants ultramarins de Sciences Po, ont développé ce concept associatif d’entraide. Ils se donnent deux objectifs, aider les jeunes originaires d’outremer à concourir aux examens d’entrée à Sciences Po, et promouvoir en métropole la diversité et les spécificités des régions ultramarines.

20160321_201823

Avec Audrey Pulvar comme marraine, cette cinquième édition à l’ambition d’intéresser les participants à la manifestation : « Voir la France Autrement ». 
Au programme, débats, colloques, ateliers culturels, visite à l’Elysée. Historiens, économistes, artistes et personnalités politiques vont débattre dans les locaux de Sciences Po durant 5 jours, sur le statut des ultramarins dans la République Française.

20160321_194427

Lundi soir,
En guise de bienvenue, la journaliste martiniquaise, Audrey Pulvar, a salué l’initiative des responsables de cette jeune Association, en s’adressant à son Président Jordan Eustache, elle a exhorté les jeunes étudiants à ne pas baisser les bras , à ne pas laisser les autres décider de leur destin, en quelque sorte à se prendre en charge.
Le sociologue, François Durpaire, l’avocate militante Danièle Merian et la Secrétaire à l’Égalité réelle, ont expliqué leur parcours. Une heure trente pendant laquelle, ils ont partagé leur expérience sociale, professionnelle et donner leurs points de vue sur la relation des outremers avec la France, les conséquences géographiques, la créolité, l’illettrisme et l’avenir des outremers.

20160321_211943

La Secrétaire d’État à l’Égalité Réelle, Erika Bareigts a rappelé dans un rapport les écarts de traitements entre l’hexagone et l’outremer. Un rapport remis officiellement le mardi 15 mars à la Ministre des Outremers George Pau Langevin. Erika Bareigts, a expliqué ce soir, pourquoi il serait utile et urgent, que cette proposition de loi aboutisse.

Le but de cette loi si elle est votée, c’est de mettre en place des dispositifs pour mieux appliquer le Droit auprès de ceux qui n’en bénéficient pas pour des raisons diverses. Erika Bareigts s’est longuement attardé sur l’éducation des jeunes, « il faut faire en sorte que les jeunes  vivent leurs rêves », un jeune ultramarin doit avoir accès aux mêmes grandes écoles que les étudiants qui vivent en métropole.
Selon la Secrétaire d’État à l’Égalité Réelle, on compte 900 000 jeunes  en outremer. Pour ces jeunes, le Gouvernement prévoit avec les mesures proposées, de renforcer le contrat social et de mieux les accompagner vers le marché de l’emploi. C’est en résumé, le chantier du Secrétariat à l’Égalité Réelle, des travaux qui sont menés en étroite collaboration avec le député guadeloupéen Victorin Lurel, invité mercredi à l’amphithéâtre Jean Moulin.

20160321_211924

Audrey Pulvar, est intervenue en posant la question de l’arbitrage. Tout l’enjeu est de se donner les moyens financiers pour réussir ce projet , dont s’inspirera la Ministre des Outre mers pour créer une loi Égalité réelle outremer avant l’été. La nouvelle Secrétaire d’État Erika Bareigts, espère qu’elle gagnera les arbitrages.

20160321_194344

D’autres questions pertinentes, comme la représentativité des minorités, dans l’espace audiovisuel et ailleurs, même constat, les ultramarins sont invisibles. Sur le même thème,  c’est la complexité de vivre une double identité. Une grande majorité des ultramarins parlent deux langues, ils s’expriment aussi bien en français qu’en créole. Comment choisir, et faut-il choisir le français et taire sa culture, donc ses origines? « La créolité c’est une dualité ! » soupire Audrey Pulvar.
Pour la jeune martiniquaise (ci-dessus), étudiante à l’Institut d’Études Politiques de Paris, Armelle Saè-Jeanne, il n’en est pas question ! Elle est d’abord martiniquaise et ensuite française.

20160321_212033

Conclusion, il est 21heures
Audrey Pulvar, évoque la nécessité de vivre son histoire. Pour la journaliste antillaise, il est utile de faire vivre cette mémoire qui est une histoire commune à la France et aux Outremers.

20160321_201941

A l’extérieur, la discussion se poursuit avec la vice-Présidente de Sciences Ô, Julie Vainqueur, étudiante en Master International Public Management à Sciences Po. Elle nous parle des résultats concrets de l’ Association. Depuis la création de Sciences Ô, le nombre d’élèves originaires des outremers, qui étudient à Sciences Po a doublé.

1898272_759755417375916_1508725429_n

Le Président de Sciences Ô, Jordan Eustache de la Martinique et Julie Vainqueur de le Guadeloupe, vont remettre ce jeudi, à la Ministre des Outremers George Pau Langevin, un recueil de propositions sur cinq thématiques (l’éducation, l’emploi, la délinquance, les statuts et l’identité). Ils tiennent à participer activement aux discussions liées à leur avenir et à se faire entendre de tous les élus, particulièrement ceux et celles des outremers.

Écoutez Julie Vainqueur, elle est étudiante en Master International Public Management à Sciences Po: Elle explique pourquoi l’Association Sciences Ô a été créée et comment elle fonctionne en parrainant des jeunes originaires d’outremer, aux concours d’entrée à Sciences Po :

Dorothée Audibert-Champenois

photos Dothy A-Ch