SDF handicapé contrôlé à la Gare de Lyon : La version de la police

Vues : 6972
homme-noire-handicape-maltraite-par-police

Lundi 2 mai, une vidéo virale de Jean-Didier Bakekolo a suscité l’indignation des internautes et crée une nouvelle polémique sur les débordements des policiers lors de contrôles. Mais, nos informations exclusives, de source policière, font transparaître une toute autre version. Une vidéo complète a été visionnée et contredit de façon claire les propos de l’homme présumé agressé à la Gare de Lyon, le soir du lundi 2 mai 2016.

Ce matin, jeudi 5 mai, le défenseur des Droits Jacques Toubon, saisi par le groupe « Halte au contrôle aux faciès » a annoncé qu’il a ouvert une enquête sur le contrôle d’une personne handicapée à la Gare de Lyon.

homme-noir-handicape-mal-traite-par-policier

Il s’agit de la fin d’un contrôle de police ce lundi. Dans ce bout de film de 12 mn, on observe, un homme assis par terre torse nu à la Gare de Lyon. Dans cette scène, l’homme dévêtu est face à des policiers sans ses prothèses de jambes. Un des trois officiers pose une des prothèses près de l’homme et ils partent calmement. Le vidéaste, poursuit les policiers et essaie de les questionner sans réponse.
L’homme handicapé, sans jambes et un bras, se nomme François Bayga, il fait partie de l’équipe-fauteuil d’île de France.

Selon l’auteur de la vidéo,Jean-Didier Bakekolo, les policiers auraient obligé cet homme contrôlé à se déshabiller.
Quant à la victime présumée, elle se confie à l’auteur de la vidéo : « Il a cassé mon portable, Il me demande des pièces, je lui dis « voilà mes pièces »… c’est déplorable, dans quel pays on est ». L’homme va plus loin et dit s’être fait appeler « nègre » ou « noir » par les agents. Il dit s’être senti humilié.

Alors qu’il n’y a aucune violence ni physique, ni verbale la vidéo visionnée plus d’un million de fois, a déchaîné une vague de protestations et mobilisé les associations anti-racistes. Depuis une polémique s’est enflée sur la question des bavures, de racisme et de contrôle aux faciès des policiers, qui auraient abusé de leur pouvoir.

Pourtant de source policière sûre, nous avons une autre version de cette affaire. Notre source a pu discuter avec la victime présumée, en état de « porter plainte ». Notre informateur nous rapporte les faits comme ils se sont réellement déroulés.

Une vidéo complète de la scène a été visionnée et il en ressort une toute autre version.

En effet, François Bayga, se tenait debout et urinait dans une poubelle de la Gare de Lyon, au niveau des quais. Les Policiers, qui ont devoir de l’interpeller, grâce à une réquisition du Procureur de la République, procèdent immédiatement à un contrôle comme il est d’usage.
L’individu est très énervé et fait des gestes brusques. Ils lui demandent alors d’ouvrir son sac pour une fouille et vérifier le numéro IMEI (numéro unique) de son portable pour s’assurer, qu’il n’a pas été volé. François Bayga, alors agacé enlève ses prothèses et les jettent par terre en direction des policiers. Ces derniers quittent les lieux suivis par un homme qui les filme.

Arrivé dans leurs bureaux, ils rédigent une main courant et avisent leur hiérarchie.
L’IGPN (Inspection Générale de la Police Nationale) se déplace et lève le doute sur toute ambiguïté concernant une brutalité policière. Leur rapide enquête corrobore la version des policiers.

De plus, leur enquête confirme que l’homme contrôlé est sans papiers et en situation irrégulière, François Bayga est aussi défavorablement connu des services de police.

Vu la médiatisation de cette affaire, la police s’interroge sur les motifs d’une pétition en ligne.
Se demandant si ce n’est pas une démarche opportune pour que le sans-papier soit régularisé très vite.

Une autre source de la Police aurait avancé que l’homme handicapé aurait volontairement fait une esclandre et envoyé ses béquilles pour rameuter la foule. Cette version est aussi celle qui se rapproche des explication de la RATP. Le défenseur des Droits, Jacques Toubon ouvre aujourd’hui une enquête sur cette polémique qui envahit les réseaux sociaux. (Dorothée Audibert-Champenois).

Ci-dessous la vidéo virale de cette affaire qui circule sur le web :


13 commentaires :

  1. gégé

    de source policières ??? mais c sont des menteurs des voleurs et des trafiquants de drogues pour certains !!!! comment croire c qu’ils disent ?????

    1. Angel_972

      Bravo Gégé,
      On doit croire plus facilement un délinquant ( sans papietr et en plus qui ne respecte pas le pays où il squatte ) qu’un policier qui a pour appuyer sa version des vidéos de surveillance !!!
      Moi je dis bravo à ces abrutis qui mettent les autres noirs encore plus en difficulté.

      1. Sampil

        Et toi donc grand manitou qui sait tout angel_972 je doit croire cette version alors qu’elle vient de l’accusé donc la policé sérieusement ?

  2. Paulo

    C’est un manque de respect total envers l’être humain . Quant à ces policiers je suis sur qu’ils seraient révoltés si quelqu’un dépouillait dans la rue leur mère , père , ou belle mère de leur canne de marche, ou voir même de leur fauteuil roulant . Honte à ces flics .
    Si sé té on blanc yo pa té janmé fè sa ! Fô malédytion tombé si yo .

  3. Kd

    Pourquoi la video contradictoire n’est-elle pas publiée ?! Elle prouverait tout selon cet article ! Un moyen simple de faire stopper la polémique.
    A moins qu’elle n’existe pas ?!
    Tout le monde paraît tellement zen dans cette video ! Difficile de croire à une agression des policiers. Mais produire la video serait quand même le moyen de faire taire toute polémique.
    De simples écrits (comme ceux là) ne feront jamais le tour comme une video !

  4. Lonewolf

    Quoi qu’il en soit, les « policiers » repartent sans se retourner, le laissant au sol, en slip, sans l’aider à remettre ses prothèses, malgré la présence d’une personne qui filme et qui ne cesse de les appeler au secours en disant « on a besoin de vous »… Ils partent comme des « péteux », laches et dédaigneux à la fois. Tout ça pour le laisser là ?

    Ca n’est pas du tout comme ça que je vois le fonctionnement d’une bonne police.

    Le fait que la personne à terre soit en situation irrégulière ne justifie pas qu’elle soit traitée de la sorte. Elle n’a plus de jambe et un seul bras ! Et c’est tout ce que ça fait à ces trois VOPO dignes des tortionnaires chiliens.

  5. PEAUDECERF Jean-Luc

    Non mais je REVE !!!
    La seule preuve qui puisse exister : la fameuse vidéo. Qu’on nous la montre !! Sinon moi aussi je peux déclarer être associé avec des extra-terrestres de la planète Véga. Vous allez me croire ? Non, je ne pense pas. Sauf si je fournis des preuves. On les attendra longtemps ici : j’en prends solennellement le pari avec vous, et je parie un gros apéro avec quiconque n’est pas d’accord avec moi : une bonne occasion de boire à l’œil ! 😉
    Pour redevenir sérieux c’est amusant que ce blog qualifie les sources policières de « sûres ». FORCEMENT sûres n’est-ce-pas ? Le problème c’est que dans un état de droit une source provenant d’une des deux parties juridiquement impliquées (ou subordonnée, associée, etc…) n’est PAS recevable. Mais sommes-nous encore dans un état de droit ? Vu la façon plutôt bananière dont l’affaire a été expédiée en quelques heures aux oubliettes, permettez-moi d’en douter …

  6. Gul

    Apres avoir recherché sur le web plus d’info sur cette maltraitance… Je me rends compte que je me suis fais avoir… Apres recul quand je visionne la video on voit que les policiers ne sont pas agressifs…que ce type joue un peu fort la comedie! Il surjoue! Etre infirme n’est pas une excuse… Il doit respecter , rester civilisé…pas faire sa victime a la 1ere occase! Je regrette d’avoir signé la pétition !!

    1. Idabelle

      Oui moi aussi j ai signé, et maintenant je regrette ! comme quoi chacun doit penser à chercher des infos sur le net avant de croire tout et n importe quoi

  7. Lise

    Ce sera une fois de plus, le pot de fer contre le pot de terre … Ne jamais baissé les bras!!!! Nous méritons le respect, Nous valons mieux que tout ce que l’on nous vole !!!

  8. Bruno

    Il serait judicieux de comparé les deux vidéos celle des caméras de vidéo surveillance et celles qui est sur les réseaux sociaux. Car étrangement on ne voit qu’une seule vidéo. Ensuite il sera possible de se faire son opinion. A tort ou a raison on dit que la victime surjoue, fais sa victime d’autre disent que les policiers ont été irrespectueux. Donc comparons les vidéos et voyons réellement ce qui s’est passé. A la RATP de mettre sa version (vidéo de surveillance).
    Et si la personne avec handicap a en effet triché, elle devrait être encore plus sévèrement sanctionnée et renvoyée dans son pays. Mais en revanche si ce sont les policiers qui ont joué aux « cow-boys » alors ils devraient être exclu de la profession, voila ce qui me paraîtrait juste !

Les commentaires sont fermés