Serge Letchimy soutient Audrey Pulvar

Vues : 12

serge-letchimy-2

Rappel des faits :

Audrey Pulvar, journaliste d’i-Télé d’origine martiniquaise et qui partage la vie du député socialiste, Arnaud Montebourg, devra se passer d’antenne jusqu’à la prochaine élection présidentielle. En effet, la candidature déclarée d’Arnaud Montebourg à la présidence de la République a conduit i>Télé à suspendre l’émission de la journaliste, « Audrey Pulvar Soir », le 22 novembre dernier.

Suite à cette suspension, Serge Letchimy, Président du Conseil régional Martinique adresse son soutien à la journaliste dans un communiqué de presse.

« Le 22 novembre, le directeur de la rédaction de la chaine privée « i Télé » a supprimé l’émission quotidienne de Melle Audrey Pulvar, pour des raisons qui relèvent de sa vie privée, à savoir sa liaison avec le député socialiste M. Arnaud de Montebourg. Ce dernier ne dispose pourtant d’aucun mandat ministériel comme ce fut le cas pour les compagnons de Mmes Anne Sinclair ou Béatrice Schönberg, ou encore pour Mme Christine Ockrent, laquelle a conservé son poste malgré la charge ministérielle de son mari.

Cette décision brutale a été justifiée par des soucis de « prudence, d’éthique et de déontologie ». Cela revient à dire que la simple annonce de candidature de son compagnon à des primaires internes à un parti, (primaires non encore ouvertes et visant une élection qui n’aura lieu qu’en 2012) fait que l’émission de la journaliste serait soudain entachée de partialité potentielle ou en tout cas condamnée à l’être.

On ne peut s’empêcher de penser que quelques jours avant son éviction, en plein silence d’Etat et de conscience civile, Audrey Pulvar avait vertement rappelé le sieur Guerlain a un peu de décence quant à ses opinions racistes. Cela aurait-il contrarié certains ?

Malgré les nombreuses protestations qui se sont élevées, et au plus haut niveau, contre cette éviction, il me semble qu’accepter une telle décision reviendrait à se faire complice des ignominies suivantes :

  • que la carrière d’une femme est obligatoirement assujettie à celle de son compagnon, lequel la place sans appel en position sous-ordonnée.
  • que le simple fait d’une liaison supprime à toute journaliste professionnelle, déontologie, objectivité, éthique, sens du devoir et de la mesure, probité et dignité personnelle. Et, par voie de conséquence,
  • qu’une femme serait incapable de faire la part des choses entre ses tendances affectives, ses opinions propres, ses choix personnels et son métier de journaliste.

Même en s’aidant de toute l’hypocrisie et de la mauvaise foi du monde, de tels sous-entendus seraient-ils soutenables ?

Cette éviction pose donc des problèmes de fond qui doivent être traités de manière sérieuse au plus haut niveau des instances de la télévision et des services de l’Etat. Accepter l’éviction de Melle Audrey Pulvar reviendrait à bafouer une fois encore quelques principes essentiels du pacte républicain.

Je demande donc sa réintégration immédiate.

De plus, ces prétextes autour de la vie privée ne doivent pas occulter la vraie question de l’indépendance des chaînes de télévision de plus en plus soumises aux concentrations de grands groupes d’affaires, et pratiquant autocensure, empressements et prévenances de toutes sortes à l’égard de certaines dynamiques de pouvoir.

M. Serge LETCHIMY

Député de la Martinique

Président du Conseil régional

Copie à

A M. le Président du CSA,

M. le Président de la HALDE

M. le Président de France Télévision »

Crédit photo / i-télé