Suppression de 90 postes à l’éducation nationale : les syndicats sont en colère

Vues : 3

syndicat-rectorat

90 postes en tout seront supprimés dès la rentrée de septembre 2014 en Martinique. La décision a été confirmée par la rectrice d’académie de Martinique. Cette mesure concerne plusieurs établissements scolaires et le Lycée Professionnel de Petit Manoir au Lamentin est la plus touchée. Les filières « bois et BTP »  sont selon le rectorat peu demandées, le manque de demandes l’a contraint à les retirer du catalogue d’orientations.

Les syndicats de l’Education Nationale sont fous de rage, ils ne l’entendent pas de cette oreille. Après avoir observé des mouvements de grève de manière individuelle, ce matin, c’est en formant une unité syndicale qu’ils ont bloqués tous les accès du rectorat de Terreville. Un mouvement pacifique pour protester contre le démantèlement de leur outil de travail.

Les plus touchés par ces suppressions de postes sont les professeurs vacataires qui depuis de nombreuses années peinent à toucher leurs salaires. Certains d’entre eux n’ont pas reçu de paie depuis novembre 2013 ! Le rectorat justifie ces retards de paiement en accusant les chefs d’établissements de ne pas remplir les formalités en temps et en heure, les syndicats affirment que c’est une incompétence du rectorat.

En tout état de cause les représentants syndicaux FO, UNSA, SNES et CGTM sont détermines. Ils ont déposé un préavis de grève illimité, ils ne lâcheront pas le piquet de grève tant qu’ils n’auront pas la garantie de l’annulation de ces suppressions de postes. Quant à la rectrice d’académie, elle n’a donné aucun signe de vie aux syndicalistes.

Catherine Bertho-Lavenir s’est toutefois exprimée via un communiqué. Elle dit regretter « ce mouvement qui perturbe le travail des services » et déclare être « à tout moment disponible pour le dialogue social. »

Photo : Martinique 1ère