Tati en difficulté : Employés menacés et syndicats inquiets d’une liquidation judiciaire

Vues : 1892

Le Tribunal de Commerce de Bobigny a tranché cet après-midi, Tati est en redressement judiciaire.

Plus de 1 700 emplois sont menacés, les syndicats sont inquiets, les ennuis financiers de l’enseigne à bas prix Tati fait craindre le pire aux employés des magasins mis en vente en février dernier par son propriétaire. Le choix de monter en gamme et de baisser en offre low cost n’a pas fonctionné pour certains magasins. La peur d’être licencié gagne tous les salariés.

Vendredi dernier, Michel Resseguier, le dirigeant d’Agora Distribution, qui regroupe Tati et les autres enseignes à bas prix du groupe Eram a déclaré que l’enseigne de mode à bas prix était en cessation de paiement. La procédure de redressement judiciaire demandé le vendredi 28 avril dernier permettrais à l’entreprise d’éviter la liquidation judiciaire.

Ce mardi 2 mai a eu lieu la première audience devant le tribunal de commerce.
A Bobigny, le tribunal de commerce à examiner la procédure de redressement judiciaire de la maison-mère de Tati, Agora Distribution, une filiale du groupe Eram.

Les juges viennent d’annoncer leur décision ce jeudi, Tati est en redressement judiciaire.

A Paris, (Boulevard Barbès) en début d’après-midi, soutenus par Philippe Poutou, l’ancien candidat du NPA, des syndicalistes dont la CGT, ont manifesté pour demander des explications aux dirigeants de l’enseigne. Ils craignent tous des fermetures de nombreux magasins dans toute la France.

 

Samedi 26 juillet 2016, Tati inaugurait son nouveau magasin à Fort-de-France. C’est à Dillon que le magasin sous franchise conclu avec Modereva Sarl a ré-ouvert dans un espace de 1 800 m2.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
PhotoAlvinet