#TDY2015 : « Elles sont pas belles les filles de mon pays! »

Vues : 171

Le Tour des yoles Rondes de la Martinique est l’occasion de se rendre compte de la beauté de la femme martiniquaise.

IMG_4004 - Copie - Copie

Pendant le Tour toutes les belles femmes de l’île sont de sortie. En maillot, en short, en T-shirt chacune fait ressortir son charme sur les plages.

 

IMG_4133 - Copie - Copie

Hier au Diamant elles étaient nombreuses à sourire devant l’objectif de notre photographe avant et après l’arrivée du vainqueur de la 2ème étape, UFR/Chanflor.

IMG_4006 - Copie - Copie

Ce mercredi 29 juillet 3ème étape : Diamant/Fort de France !

Galerie photos des belles du Tour :


2 commentaires :

  1. Tranquille

    C’est tout à fait vrai que les Martiniquaises sont très belles, mais lorsqu’on fait un titre pour souligner la beauté de nos femmes, il faut faire attention à ce qu’on écrit.
    En effet, le titre est le suivant: « Elles sont pas belles les filles de mon pays! »
    Moi j’opte pour: « Elle ne sont pas belles les filles de mon pays », avec le NE en plus pour ne pas dénaturer le Français, si mal parlé par les propres Français de France de tout bord, journalistes et politiques compris.
    Ils ne savent plus qu’une phrase négative ou interronégative doit obligatoirement comporter le ne ou le N’ de la négation ou de l’interro négation.
    C’est aussi, « Y a pas », pour il n’y a pas, « C’est pas ma faute », pour ce n’est pas ma faute, ainsi de suite.
    Une femme ministre à qui j’ai fait la remarque un jour m’avait répondu: « Je sais bien m’exprimer en français, mais je fais ainsi lorsque je m’adresse au petit peuple »……Elle était en visite en Martinique, c’est comme le chien d’un blanc de France, sur la plage des Salines interdite aux chiens avec panneaux à l’appui, qui serait plus propre que nos femmes martiniquaises.
    En tout cas, il serait temps que nous ne parlions pas le Français comme les Français de France, car fut un temps où le Martiniquais était celui qui s’exprimait le mieux dans la langue de Molière, que l’immense Aimé Césaire maniait avec une dextérité sans pareille

Les commentaires sont fermés