Tentative d’assassinat sur deux martiniquaises surveillantes à la prison de Meaux

Vues : 4064

Une tentative d’assassinat sur deux surveillantes pénitentiaires a eu lieu ce dimanche matin (dimanche 17 janvier), au Centre pénitentiaire de Meaux-Cheauconin, dans l’Est de la région Parisienne.

Les deux martiniquaises, surveillantes pénitentiaires ont été volontairement fauchées par une berline. Elles venaient juste de garer leur voiture au parking de service, et s’approchaient tout en discutant, de la porte d’entrée de la prison de Meaux, pour commencer leur service . Un véhicule de couleur noire, s’est avancé très lentement, et à leur niveau, a accéléré et percuté les deux femmes de plein fouet.

L’une des surveillantes, Suzelle Elimort 37 ans, est légèrement blessée à la cuisse et l’autre est dans un état très grave. La berline, l’a projetée sur le capot et l’a entraînée sur plusieurs mètres. Jannick Damas 56 ans, a été touchée à la tête et à l’abdomen. Elle souffre d’une importante hémorragie interne, elle a été héliportée vers l’hôpital du Kremlin-Bicêtre dans le Val de Marne. Selon la procureure de Meaux, Dominique Laurens, son pronostic vital est engagé mais était consciente jusqu’à son arrivée à l’hôpital. La surveillante a été opérée en urgence ce dimanche après-midi. Lors de l’attaque, le parking était désert et le chauffeur a réussi à s’enfuir.

Les deux surveillantes expérimentées, sont gardiennes dans cette prison de Seine-et-Marne, depuis plus  de quatre ans. La surveillante hospitalisée, aurait déjà été agressée dans cette prison de Meaux en 2013, rapporte Jean-François Forget du syndicat UFA-UNSA.

Jannick Damas est mère de deux filles. Elle a quitté la Martinique il y a dix ans, après avoir réussi au concours de gardiens de prison. Les deux femmes travaillaient depuis au moins quatre ans au centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin.

Selon le Figaro.fr, l’hypothèse d’un acte terroriste serait évoqué par les syndicats, qui regrettent qu’il n’y ait pas plus de mesures de sécurités prises, pour la protection des surveillants de prison. Des représentants de l’autorité française devenus une des cibles privilégiées des détenus qui se radicalisent en prison.

Le SRPJ de Versailles a ouvert une enquête pour tentative d’assassinat.

La Garde des Sceaux, Christiane Taubira, s’est rendue à Meaux, elle a exprimé « son émotion » après « cet acte odieux ».

Dorothée Audibert-Champenois


1 commentaires :

Les commentaires sont fermés