Tentative de meurtre à Ozanam : « On ne peut pas se faire justice soi-même »

Vues : 9049

Le 18 septembre 2016, vers 19 heures 30, le quartier Ozanam à Schoelcher résonnait de plusieurs détonations. Deux individus armés d’un fusil ouvraient le feu à plusieurs reprises sur un jeune homme qui se trouvait en compagnie d’autres jeunes gens du même âge dans le hall commun des bâtiments de la cité Ozanam.

Atteinte dans le bas ventre, la victime parvenait à prendre la fuite. Elle était rapidement pris en charge par les secours et évacuée vers le centre hospitalier, sans que son pronostic vital soit engagé. Immédiatement, le parquet de Fort-de-France ouvrait une information judiciaire pour tentative de meurtre. Les investigations, confiées à la section de recherches et à la brigade des recherches de Fort de France, se poursuivaient sous l’autorité d’un juge d’instruction de Fort-de-France.
Le 21 septembre 2016, deux hommes originaires de l’agglomération foyalaise se rendaient à Gros Morne. Ils ouvraient le feu depuis un véhicule sur un abri de bus choisi au hasard, dans lequel se trouvent plusieurs personnes. Par chance, cet acte ne faisait aucune victime.

Dès lors, les enquêteurs de la gendarmerie redoublaient d’efforts afin d’identifier les auteurs de ces violences, avant qu’un nouveau drame ne survienne. Rapidement, l’origine du différent opposant des individus de la cité de Schoelcher et de celle du Gros Morne était connu des militaires. Le 17 septembre 2016, quartier Terre Sainville, à Fort de France, un individu habitant Gros Morne avait été agressé par des jeunes de la cité Ozanam, qui l’avaient volé puis l’avaient poursuivi en faisant usage d’armes à feu. Le jeune homme victime à Ozanam avait été confondu avec l’un des auteurs de cette agression.

Au terme de quatre mois de minutieuses investigations, les gendarmes parvenaient à identifier les protagonistes du vol avec arme et des deux tentatives de meurtre. Le mardi 24 janvier 2017, aux premières heures du jour, soixante gendarmes appartenant à la section de recherches de Fort de France, aux compagnies de Fort de France et de Trinité et à l’antenne du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale en Martinique, appuyé par une équipe cynophile, interpellaient à leurs domiciles et plaçaient en garde à vue sept personnes.

Le jeudi 26 janvier 2017, cinq personnes ont été présentés au juge d’instruction chargé de l’affaire. Ils ont été mis en examen pour tentatives de meurtre, pour vol aggravé et pour complicité, et écroués, sur décision du juge des libertés et de la détention, à la maison d’arrêt de Ducos.

Le parquet de Fort de France s’est félicité de la qualité des investigations menées par les enquêteurs de la gendarmerie, ainsi que des moyens déployés par le commandement de la gendarmerie de la Martinique pour permettre la résolution de cette affaire.

Sources : Gendarmerie Martinique


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *