Thierry Dol et les autres ex otages invités à passer un séjour de détente en Martinique

Vues : 41

thierry-dol-en-martinique

Le président de la Région Martinique, Serge Letchimy a invité les quatre otages, qui ont atterri mercredi à Villacoublay, à venir passer un séjour de détente aux Antilles.

L’ex-otage du Sahel Thierry Dol a retrouvé son domicile de Meudon (92) en fin de soirée, vendredi. Un peu plus tôt, il a quitté son hôtel au pied de la Tour Eiffel en voiture pour se diriger vers une destination inconnue et sous bonne escorte.
Depuis son arrivée, mercredi à Paris, c’est la première nuit qu’a passé Thierry Dol en famille. Il a eu tant de mal à dormir sur son lit à l’hôtel, la première nuit, qu’il lui a préféré la moquette.

Les choses se sont déroulées très vite pour Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret depuis leur atterrissage à l’aéroport militaire de Villacoublay, mercredi. Au pied du Falcon, les premiers mots de Thierry à Alex, son père, après un long regard ont été : « Lexo! Fo ou ban mwen on cou saxo. » Maurice Antiste, le sénateur-maire du François, a partagé ce moment. « On a eu l’impression de gens présents, mais physiquement seulement… Son grand sourire cachait véritablement de la détresse. Il faut dire qu’ils se sont cherchés un moment avant de se jeter dans les bras l’un de l’autre. » Maurice Antiste a décrit un homme qui « sort de l’ombre petit à petit et qui commence à prendre ses repères » . « Aujourd’hui (vendredi), c’est tellement différent d’hier et d’avant-hier et c’est plus agréable, explique-t-il. Ils sont comme des enfants qui ont peur du monde moderne. »

Dîner avec Serge Letchimy

Thierry Dol et les siens ont partagé, jeudi soir, leur premier dîner en compagnie du président de la Région Martinique, Serge Letchimy. Assis côte à côte, les deux hommes ont pu échanger longuement. L’ex-otage franciscain et ses trois compagnons d’infortune ont été invités à venir profiter d’un séjour de détente en Martinique. Le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, est apparu furtivement en fin de repas pour saluer Thierry Dol. Aucune date n’est encore avancée concernant son retour au pays. Mais la ville du François se prépare à organiser un événement de grande envergure pour le retour de l’enfant de la commune. Thierry pourrait être en Martinique dans une bonne vingtaine de jours, selon Maurice Antiste. « Il y aura deux temps, le temps de la venue de Thierry, puis le temps de la visite des quatre. »
Thierry a raconté qu’ils avaient eu quotidiennement de grandes discussions philosophiques avec les ravisseurs, sur la composition du monde et sur le Coran. Maurice Antiste a voulu savoir si sa position d’homme noir lui avait valu un régime particulier dans un sens ou dans l’autre. Il a répondu par la négative. Il était considéré comme les autres.

Tentative d’évasion avec 14 litres d’eau

Marion Larribe a raconté au quotidien Midi Libre, comment son père, Daniel Larribe, a réussi à échapper à ses geôliers pendant 48 heures avec Thierry Dol.

« Avec Thierry, ils avaient tout préparé à l’avance, en stockant de la nourriture, et en remplissant leurs poches avec ce qui était le plus énergétique. La veille, ils ont fait une fausse piste, en marchant pour laisser leurs empreintes vers un ruisseau à sec, et puis le lendemain, ils ont entouré leurs chaussures avec des chaussettes, pour limiter leurs traces, et ils sont partis dans une autre direction, avec 14 litres d’eau. »
« Ils ont marché pendant 48 heures, jusqu’à ce qu’ils croisent un autre groupe de touaregs, qui sont allés dire à ceux du camp qu’ils les avaient vus. Quand ils ont été repris, ils ont été mis au régime sec, les quelques faveurs qu’ils avaient obtenues leur ont été supprimées. »

Pendant trois ans, « ils ont vécu en extérieur, dans des camps de cailloux, dans le désert, sauf ces derniers temps où ils étaient dans des grottes.
Avec d’énormes chaleurs dans la journée, nourris aux pâtes matin, midi et soir. Ils avaient juste le droit de faire leur propre feu et leur propre thé, avec du sucre. » « Ils étaient gardés par plusieurs hommes, mais qui tournaient au bout de quelques jours. »

Sources : www.franceguyane.fr /[Alfred JOCKSAN et FXG, à Paris]

Photo : Google Images