Travaux des « parlementaires » et des policiers sur la mobilité en outremer

Vues : 304

Le Président du Conseil Régional de la Guadeloupe, Ary Chalus a proposé aux gardiens de la paix réunis au sein du GPX, de se réunir hier (jeudi 14), pour échanger ensemble.

L’objectif, soutenir psychologiquement les agents qui viennent de subir une épreuve douloureuse, après la disparition, lundi en début de matinée, d’un de leur jeune compatriote. Ary Chalus, Le Président de la Région Guadeloupe, connaît les conditions de travail des agents de police, les inquiétudes des policiers, qui attendent, nombreux, leur mutation dans leurs régions de naissance respectives. Ils a réuni les gardiens de la paix, pour débattre des raisons qui causent des dommages de tous ordres à ce corps de métier, aussi bien les personnes concernées que leur entourage.

Avec le soutien du député martiniquais, Jean-Philippe Nilor, L’élu de Guadeloupe a convoqué le groupe GPX pour trouver ensemble des pistes de réflexions pour faire avancer à grands pas, les dossiers en souffrance. Toujours dans la perspective d’une loi, les adhérents du groupe et les collaborateurs des parlementaires de Martinique et de Guadeloupe ont longuement débattu sur une meilleure prise en compte des demandes de mobilité, des gardiens de la paix, des différentes régions ultramarines.

La réunion de travail a duré trois heures, les participants envisagent de se rencontrer régulièrement, un rapport sera rendu aux instances intéressées pour obtenir des avancées concrètes sur ces dossiers.
C’est demain samedi, que le corps de Manuel T. sera rapatrié sur son île natale, la Guadeloupe.

Dorothée Audibert-Champenois

Photo : RTL