Trop d’antibiotiques et d’histaminiques provoquent de graves allergies chez les enfants

Vues : 442

Une nouvelle étude dont les résultats ont été publiés, ce lundi dans JAMA Pediatrics, révèle que les nourrissons qui reçoivent des antiacides ou  histaminiques H2, comme le Zantac ou le Pepcid sont plus susceptibles de développer des allergies infantiles. Le Zantac ou le Pepcid étant des médicaments pouvant modifier les bactéries intestinales des jeunes enfants, l’étude démontre également que l’utilisation précoce d’antibiotiques augmente aussi les chances d’allergies.

Les chercheurs ont examiné les dossiers de santé de près de 800 000 enfants, nés entre 2001 et 2013 et constaté que 9 pour cent des bébés avaient reçu des antiacides. En quatre ans, plus de la moitié des enfants ont développé des allergies aux aliments ou aux médicaments, des éruptions cutanées, de l’asthme, du rhume des foins ou d’autres maladies allergiques.

Si l’étude n’a pas pu prouver les causes, elle a pourtant reconnu que le lien avec les antiacides et les antibiotiques était frappant.

Pour les enfants qui ont reçu un antiacide pendant leurs six premiers mois, « les risques de développer une réaction allergique sévère appelée anaphylaxie ou rhume des foins étaient d’environ 50% plus élevés. »

Quant aux bébés qui ont absorbé des antibiotiques, « les risques d’asthme ont doublé et sont au moins 50% plus élevés pour le rhume des foins et l’anaphylaxie. »

Les bactéries intestinales jouent un rôle dans un système immunitaire sain. « Les antibiotiques et les antiacides pourraient changer la composition du microbiome d’un bébé, peut-être assez pour provoquer une réaction excessive dans le système immunitaire qui se manifeste comme une allergie », a déclaré un des chercheurs.

Les antiacides modifient également la façon dont les protéines sont digérées et certaines peuvent modifier le développement des voies du système immunitaire.

 

Selon le Dr Cade Nylund, co-auteur de l’étude et pédiatre de l’Uniformed Services University, les parents devraient proposer de plus petites quantités de nourriture aux bébés difficiles et tenter de leur faire des rots beaucoup plus souvent pendant les repas.

Enquête du magazine médiacl JAMA Pediatrics, parue le 2 avril 2018 : https://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/fullarticle/2676167

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Sources JAMA Pediatrics        ImagesWNY/CBSNews/WMSV News 4