Trop turbulente dans l’avion, une voyageuse est bannie à vie sur British Airways

Vues : 3193
Bridget-Nhire_2764550a

Bridget Nhire ne pourra plus jamais voyager avec British Airways. La britannique est bannie à vie sur tous les vols de la compagnie anglaise. La voyageuse attaque la compagnie aérienne British Airways qui refuse une passagère trop turbulente sur ses vols.

Dans l’avion qui l’amène vers Dubai la ville la plus peuplée des Émirats Arabes Unis, Bridget Nhire, une styliste britannique qui travaille pour la marque Reiss à d’Uxbridge, commence à sentir le temps long. Elle a quitté l’aéroport d’Heathrow à Londres, depuis quelques heures et commence à s’impatienter, elle piétine dans l’avion. Excédé un passager l’interpelle lui demande de s’arrêter et de s’asseoir. La jeune britannique refuse, en disant qu’elle a « le droit de se lever et de marcher pour sa santé ». Le ton monte et l’équipage, lui demande de venir à l’avant de l’appareil. Le personnel navigant l’attache avec des liens en plastique, pour les agents aériens, la jeune styliste serait ivre et agressive, une version des faits qui n’est pas du goût de la britannique.

Les passagers qui se sont confiés  dans la presse anglaise, reprochent à la styliste britannique de s’être levée 20 fois de son siège et d’avoir eu des propos racistes durant le vol vers Dubaï.
Et, les ennuis de Bridget Nhire continuent quand l’avion se pose à destination. Elle est débarquée de l’avion en larmes, escortée par des policiers. la Police de Dubaï la place en garde à vue durant 5 heures.

La situation se corse au moment du retour, British Airways ne veut pas la laisser rentrer dans l’avion qui se prépare à décoller en direction de l’Europe. Sa mère réussit depuis l’Angleterre, à lui trouver un billet sur une autre compagnie pour qu’elle revienne à Heathrow. Bridget Nhire attendra onze heures à l’Aéroport International de Dubaï, avant de s’embarquer pour Londres.

La britannique s’est sentie humiliée (Air Journal), et furieuse, qu’on n’ait jamais pris en compte sa version des faits, elle réclame des dommages et intérêts à la compagnie Bristish Airways. La styliste accuse la compagnie aérienne d’avoir eu une réaction disproportionnée. La passagère bannie demande 442 Euros en réparation du préjudice subie.

Pour le porte-parole de British Airways, interdire définitivement un passager sur une compagnie n’est pas une mesure prise à la légère. Il précise que c’est son comportement perturbateur qui fait de la jeune Bridget Nhire une : Persona non grata à British Airways.

Dorothée Audibert-Champenois