UAG : Les gardes à vue s’enchainent

Vues : 19

UAG

Après des mois d’interrogations sur la tourmente qui divise la communauté de l’université Antilles Guyane, la justice se penche enfin sur ce dossier sordide plus qu’embarrassant pour certains.

Une enquête préliminaire du parquet est en cours. Elle doit faire le point sur le fonctionnement de l’UAG et notamment du CEREGMIA, dont la gestion laisse apparaitre de nombreuses pratiques frauduleuses. Plusieurs rapports de la cours des comptes accablent Fred Célimène, directeur du laboratoire Ceregmia.

Plusieurs perquisitions ont été faites chez les agents comptable de lʼUAG. La police aurait saisie des pièces comptables en rapport avec lʼutilisation frauduleuse des fonds européens faites par le CEREGMIA. Il y aurait maldonne sur 4.700.000 euros. 60% de l’utilisation de ces fonds ne seraint pas conformes à la directive fixée par lʼEurope.

Factures illicites, voire même inexistantes, il y aurait malversation. Dans une entrevue radiophonique, Corinne Mencé Caster, l’actuelle présidente de l’université, élue après les faits, confie qu’elle est sans cesse interrogée par la justice sur cette affaire. Elle ajoute qu’il y a bien eu plusieurs personnes en garde à vue et qu’il y en a d’autres en prévision.

Et comme si cela ne suffisait pas, il semblerait que la Région Guadeloupe aurait elle aussi des comptes à rendre sur 3 opérations manifestement frauduleuses.

Dans un courrier adressé au 1er ministre, le député Alfred Marie-Jeanne dit qu’il est grand temps de faire la lumière sur cette affaire qui ternie la réputation de l’Université Antilles Guyane.

Quant à Fred Célimène, directeur du Céregmia, pointé du doigt pour pratiques frauduleuses dans la gestion de lʼUAG, il répond aux accusations dans un message adressé à la communauté universitaire. Un message qui n’évoque en rien son implication dans cette affaire :

Chers collègues.

Les horizons s’éclaircissent. La vrai nature de « l’affaire du CEREGMIA », véritable fond de commerce de la Présidente, apparait désormais au grand jour avec le courrier adressé par le chef indépendantiste martiniquais au Premier Ministre  courrier qui lui a
été certainement rédigé par la clique des indépendantistes qui l’entoure à la Martinique.

Bien entendu, le CEREGMIA est le dernier rempart à abattre pour que les indépendantistes s’emparent de l’Université. Et comme tout indépendantiste qui se respecte, le chef veut voir couler le sang des nègres. Désolé pour lui, celui du CEREGMIA ne coulera pas de si tôt. Et nous attendons la clique, parents et alliés de pieds fermes.

Bien cordialement à tous!

Fred CELIMENE,
Professeur, Directeur du CEREGMIA