Un hôpital de Sainte-Lucie détruit dans un incendie pour la deuxième fois

Vues : 399

C’est la deuxième fois en moins d’un mois que l’établissement hospitalier connait un tel sinistre. Dernier en date : le week-end passé, plus précisément samedi 2 décembre aux environs de 19 heures. L’hôpital de Soufrière situé dans le sud de Sainte-Lucie a été la proie des flammes pour la deuxième fois en l’espace de quelques semaines à peine.

Matériels, médicaments, mobilier, tout est parti en fumée. Le sinistre s’est déclaré dans deux services principalement : celui de la maternité et celui de la psychiatrie. Une enquête est ouverte.

L’établissement hospitalier est désert désormais. Il ne peut plus accueillir de patients en l’état. Tous les malades ont donc été transférés au centre de santé de l’Etang. C’est ce qu’a annoncé la ministre de la santé de l’île anglophone, Mary Isaac qui est allé constater les dommages sur les lieux de la catastrophe.

Il a effectivement fallu évacuer l’hôpital car contrairement au premier sinistre, cette fois les conséquences sont plus graves.
Si les dégâts matériels sont très importants, fort heureusement, on ne dénombre aucune victime de l’incendie jusque là.

Les autorités déplorent une véritable catastrophe sanitaire. Car les autres structures opérationnelles dotées de personnel compétent sont parfois vétustes.
Les secours s’organisent à l’intérieur comme à l’extérieur.

Grâce à l’église catholique, les consultations non urgentes seront possibles dans une structure proposée par l’institution. Mais Sainte-Lucie peut également compter sur l’aide extérieure. A commencer par celle de la PAHO, l’Organisation Pan Américaine de Santé qui a promis de venir au secours de l’île en lui faisant parvenir en urgence des médicaments et du matériel médical.

Ce même hôpital de Soufrière avait déjà brûlé en partie le 9 novembre dernier. Si aucune piste n’est avancée pour le moment, une enquête est ouverte pour savoir ce qui s’est passé dans les deux cas.

Une vidéo amateur montre l’hôpital ravagé par les flammes :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *