Un mauricien condamné pour le meurtre d’un chauffeur de taxi dans le Val-d’Oise

Vues : 366

Rudy, un mauricien de 28 ans, accusé de meurtre, a été condamné aujourd’hui à 15 ans de réclusion criminelle. Aux Assises de Pontoise, l’avocat général avait requis une peine de 20 ans évoquant un guet-apens tendu à sa victime, Mamadou Traoré, de Chevilly-la-Rue (Val de Marne).

En 2012, à Pontoise, le chauffeur de taxi a été  poignardé mortellement.

Dans la nuit du 28 au 29 Octobre 2012, Rudy se querelle violemment avec sa mère , l’accusant de le rendre fou, il menace même de la tuer. Le jeune homme prend de l’argent, sort précipitamment et décide de quitter Paris, il monte dans un taxi. Il demande au chauffeur, Mamadou Traoré, de le conduire dans une rue isolée, une impasse de Saint-Ouen l’Aumône, dans le Val d’Oise. Armé d’un couteau, il lui demande sa caisse. L’accusé, originaire de l’île Maurice dans l’Océan Indien, réagit instinctivement quand Mamadou Traoré fait un geste de recul. Sans explication, Rudy le poignarde au cou et au bras. Le chauffeur de taxi, père de famille, décède à l’arrivée des secours.
Le lendemain soir, le jeune homme récidive dans la violence. Une pierre à la main, il force un automobiliste à lui remettre sa voiture. Mais il laisse ses empreintes sur le véhicule volé, ce qui permettra à la police de l’appréhender très vite.

A son procès, l’accusé n’a pu expliquer son acte criminel, mais dit regretté son geste, il s’est excusé devant la veuve du défunt, Koumba.

Pour sa défense, son avocate Me Cathy Richard a plaidé le trouble psychiatrique. Pour l’avocat général, il n’y avait pas de confusion dans son comportement, selon le magistrat « le passage à l’acte n’est pas insensé ».
Pourtant, le jeune homme qui a obtenu en détention provisoire, un diplôme équivalent au Baccalauréat avec mention très bien, était devenu asocial, après avoir échoué une première fois à son bac scientifique.
Un « suicide social » dira t-il durant le procès qui va durer 3 jours. Les parents du jeune homme, dont le père est aussi chauffeur de taxi, confirment et ajoutent que Rudy ne voulait plus sortir de chez eux », il ne leur « adressait plus la parole ».
En prison, une experte psychiatre avait décelé chez l’accusé une schizophrénie difficile à diagnostiquer, une pathologie mentale qui peut provoquer une altération du discernement.

Après trois jours de doute sur la santé mentale de l’accusé, les jurés de la Cour d’Assises , ont finalement retenu l’altération de discernement. L’accusé Rudy est condamné à 15 ans de réclusion criminelle. Une peine assortie d’un suivi socio-judiciaire de six ans et d’une injonction de soin.

Le chauffeur de taxi, Mamadou Traoré était marié et père de trois enfants, dont Fanta qui n’a que treize ans.

Dorothée Audibert-Champenois