Un navire dominicais retrouvé après cinq jours de dérive avec quatre personnes à bord

Vues : 29

Le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage Antilles – Guyane (CROSS AG) a reçu, dimanche 2 août à 13h, un appel d’un témoin relayant un navire dominicain, le «Laukreen», parti la veille de Portsmouth (Dominique) en avarie à l’Ouest de la Guadeloupe.

Après avoir tenté d’entrer en communication avec le navire, le CROSS AG contacte de nombreux partenaires institutionnels français et étrangers, parmi lesquels une vedette et un avion de la Douane, un hélicoptère de la Gendarmerie nationale et un avion des gardes-côtes de Curaçao.

Pendant trois jours, les recherches par moyens aéronautiques se sont avérées
infructueuses. Après la décision de l’autorité préfectorale, les recherches se font par moyens non dirigés et les centres de sauvetage maritime voisins sont informés de la disparition de ce
navire.

Le 6 août à 1h du matin, un avion des gardes-côtes américains a localisé un navire à proximité de l’Îlet Aves, à 112 milles marins (environ 200 kilomètres) à l’Ouest des côtes guadeloupéennes, en zone de responsabilité vénézuélienne. Le navire de commerce « Oslo Bulk 7 », battant pavillon singapourien, s’est alors rendu à proximité du navire. Il a confirmé qu’il s’agissait du « Laukreen » et que quatre personnes se trouvaient à bord, en état de fatigue avancée.

L’embarcation et les quatre marins ont été pris en charge par le navire de commerce, en route vers Roseau (Dominique).

Le CROSS AG recommande à toute personne partant en mer de s’équiper de matériels de communication adéquats et d’informer ses proches du secteur de navigation envisagé. En effet, l’absence de VHF marine sur le « Laukreen » doublée de conditions météorologiques mauvaises (15 à 20 nœuds de vent de secteur Est le jour de l’avarie) auraient pu conduire à une toute autre issue.